Connaitre le prix d’un animé est une question qui a traversé l’esprit de bon nombre de fans. Il s’avère que la réalité économique de l’industrie de l’animation est bien plus difficile qu’on ne l’imagine.

 

Avec des budgets ultra serrés, certains professionnels n’hésitent pas à déclarer que c’est un miracle qu’il y ait encore autant d’animés.

Masamune Sakaki, un animateur 3D, a déclaré qu’une série animée de 13 épisodes coûte environ 250 millions de yens (1,8 millions d’euros). Cela représente environ 140 000 € par épisode.

Vous pensez que c’est beaucoup ? A titre de comparaison, la chaine Nickelodeon dépense entre 540 000 et 630 000 € pour chaque épisode de la série Tortues Ninja.

tortues-ninja-3d-nickelodeon

Plus déprimant encore, Sakaki avoue que la plupart des séries animées ne sont pas rentables et que l’industrie est portée seulement par une poignée de titres à succès.

Remerciez donc « L’attaque des Titans » et « One Piece » de permettre aux studios d’animation de rester en vie.

Luffy-One-Piece
Lors d’une interview, Takayuki Nagatani, producteur de l’animé Shirobako, a déclaré que la série a couté 500 millions de yens, soit 3,6 millions d’euros pour 24 épisodes. « Afin de la vendre, il était nécessaire d’en faire la publicité, planifier des événements, et créer des goodies. » a-t-il ajouté.

Au mois d’avril, Shinji Takamatsu, directeur entre autres de la série Gintama, a déclaré sur Twitter que le coût d’une saison d’une série animée varie entre 150 à 200 millions de yens. « Espérer rentabiliser une série uniquement grâce à la vente de DVD n’est pas viable, mais c’est sur ce modèle économique que reposent tous les animés diffusés tard le soir. » écrit-il.

La plupart des animés diffusés la nuit sont à « l’heure des otakus ». Ils ont très peu de soutien en termes de publicités ou de merchandising.

Lorsqu’on sait qu’au Japon, certains animateurs sont payés 1,12 millions de yens par an (8160 €), pour effectuer un travail éreintant, le monde de l’animation n’est malheureusement pas aussi idyllique qu’on le pense.

dragonball-episode-5-animation-japonaise

Espérons que l’industrie de l’animation tienne le coup encore quelques années !

Discussions

16 Réponses

    • Tristan Cunha

      Téoma Riqué Le jour où l’animation jap sera aussi grosse et aura un poid aussi lourd que celles cités, tu me préviens ^^ Ça reste une industrie de niche à l’étranger, suffit de voir au cinéma le nombre de sortie de film d’animation jap – voire film jap tout court. Là où le piratage n’est qu’une broutille pour le cinéma hollywoodien, c’est bel et bien un problème pour l’animation japonaise. Concernant le fan service, ça existait déjà avant mais ces dernière années a vu une augmentation de ce genre, ça se remarque plus puisque il y a moins d’anime, et c’est pas pour rien que la majorité font dans les 12 épisodes de nos jours, moins de risque si la série bide.

    • Fabrice Trainant

      quand je vois que des mecs cherche a voir des animes de façon illégal, alor qu ‘il sont disponible gratuitement et légalement ! il y a de quoi se pausé des questions quand a la mentalité de certain ! pour moi, ses personnes ne sont pas de vrais fan ! perso, je regarde en licencier, si cela ne l est pas je me tourne vers le fan sub, mais si jamais la serie que j ai vu en fan sub est licencier, je fait l effort d’investir dedeant, ce que je fait avec pmmm, et nagaot chan.

  1. Sébastien Lemoine

    D’où souvent des images moches décriés aujourd’hui par les fans qui ont la possibilité de faire des pauses et prises d’images avec leur ordi. Seul les épisodes clés sont de qualité. Les épisodes bouche-trous sont le plus souvent fait à la va vite et sont de moins bonne qualité comme on le constate dans Goldorak ou Ken Le survivant.

Laisser un commentaire