Suivez-nous
tsunami-seisme-pokemon-go-japon-zones-sinistrees-fukushima-kumamoto

Economie

Pokémon GO à la rescousse des zones sinistrées du Japon

Pokémon GO à la rescousse des zones sinistrées du Japon

Quatre préfectures sinistrées comptent sur la frénésie suscitée par “Pokemon Go” pour revitaliser le tourisme dans leurs régions.

 

En collaboration avec l’entreprise américaine Niantic Inc., les préfecture d’Iwate, Miyagi et Fukushima, frappées par le tremblement de terre et le tsunami de Mars 2011, ainsi que la préfecture de Kumamoto, affectée par une série de tremblements de terre en avril dernier, vont augmenter le nombre de Pokestops et d’arènes dans les zones sinistrées et organiser des événements en lien avec Pokémon GO.

Profitant du fait que les joueurs doivent se déplacer pour trouver des Pokémon, les quatre préfectures souhaitent encourager les gens à visiter ces zones, désertées par les touristes en raison d’une mauvaise image.

« J’espère que cela permettra aux gens de se promener et d’en apprendre davantage sur les zones sinistrées », a déclaré le gouverneur de Miyagi, Yoshihiro Murai, lors d’une conférence de presse.

Les préfectures de Kumamoto, Iwate, Miyagi et Fukushima voient également cette augmentation de visiteurs comme un moyen de stimuler la reconstruction.

Les quatre préfectures prévoient de travailler sur les détails avec la succursale japonaise de l’éditeur Niantic Inc.

D’autres préfectures japonaises tentent également de profiter de cet engouement national. C’est notamment le cas de Tottori qui voit le jeu comme un moyen de rajeunir l’économie locale, n’hésitant pas à encourager les joueurs à visiter les dunes de sable de Tottori, lieu « sûr » pour apprécier Pokémon GO.

Discussions

1 commentaire

1 commentaire

  1. Alicounnette Slashtaunt

    11 août 2016 à 11:18

    Un bon point pour pokemon =’)
    Ca change des articles qu’on peut trouver partout, qui mettent surtout en avant des problemes lies a ce jeu.

Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire Se connecter

Répondre

Voir plus d'articles Economie