Les prédateurs sexuels utilisent de plus en plus les applications de messagerie sur smartphone tels que Line ou Kakaotalk pour rentrer en contact avec des mineurs.

 

Ainsi lors du premier semestre 2014, on dénombrait 262 victimes, un chiffre qui a plus que doublé par rapport à la même période l’année dernière, a indiqué l’Agence Nationale de la Police.

Parmi ces messageries, Line compte le plus de victimes avec 120 mineurs, mais a marqué un recul de 30 personnes depuis le second semestre de l’année dernière, selon les données publiées par l’agence.

L’agence a déclaré que la baisse – la première sur une base semestrielle – a été attribué à une mise à jour de l’application rendant plus compliqué le partage d’ID de mineurs sur des fils de discussions ouverts.

Kakaotalk, qui a été plus lent à prendre des mesures préventives, comptabilisait 117 victimes, soit deux fois plus que lors du second semestre 2013.

Ces applications de messagerie permettent aux utilisateurs de rentrer en contact avec d’autres personnes de manière anonyme, sans connaître leurs numéros de téléphone ou adresses e-mail.

Parmi les victimes, 133 ont subi des actes sexuels, 79 se sont prostituées et 30 ont été victimes de pornographie juvénile.

36 échanges d’ID étaient reliés à des affaires d’agressions sexuelles durant le second semestre 2012, année où l’agence a commencé à s’intéresser à ce phénomène.

Ce chiffre n’a cessé d’augmenter depuis, atteignant 117 lors du premier semestre 2013 et 235 le semestre suivant.

 

Source: mainichi

Discussions

Laisser un commentaire