Suivez-nous

Au Japon, les otakus peuvent désormais louer une petite amie

Société

Au Japon, les otakus peuvent désormais louer une petite amie

Au Japon, la vie sentimentale d’un otaku peut parfois être difficile. Aimer des personnages fictifs, c’est bien beau, mais passer une soirée en compagnie d’une vraie fille, ça peut aussi avoir du bon.

 

Souvent peu doué pour aborder la gente féminine, une entreprise à profiter de ce filon pour proposer un nouveau service : Le « Moé Date » (Rendez-vous moé), soit la location d’une petite amie pendant quelques heures.

Moé “(萌え) signifie littéralement« bourgeonnement », mais il est fréquemment utilisé dans la culture otaku pour exprimer un sentiment envers certains personnages d’anime et de manga.

Il s’agit ici d’un service d’escorte, mais pas au sens où vous l’entendez. Ce service se concentre seulement sur le fait de tenir compagnie à des personnes en ayant grand besoin. Un rendez-vous de trois heures coûtera ¥ 13,550, tandis que cinq heures seront facturés ¥ 19,500.

La société fournira ensuite une adresse e-mail au client. Après avoir choisi un lieu de rencontre, l’hôtesse demandera au client où il souhaite l’emmener, afin de lui donner une vraie sensation de premier rendez-vous.

Le client devra choisir lui-même les activités lors du rendez-vous. Dans les photos ci-dessous, le choix s’est porté sur un café et aller au karaoké.

Le site Moé Date est très clair sur le fait de ne pas proposer un service de prostitution. D’ailleurs, la société ne permet pas à ses employées d’aller à l’hôtel pour des raisons évidentes. Il existe une myriade d’établissements proposant des services sexuels au Japon, et Moé Date n’en fait pas partie.

Si l’établissement proposant de somnoler avec des femmes, est un succès au Japon, on peut logiquement penser que Moé Date, qui met l’accent sur la compagnie, devrait lui aussi trouver sa clientèle.

 

moedate1

moedate2

moedate3

moedate4

moedate5

moedate6

moedate7

moedate8

moedate9

Images: Rocketnews

Discussions

30 commentaires

Voir plus d'articles Société