Suivez-nous

Technologie

A l’avenir, ce sera le trafic routier qui fera passer les feux au vert

A l’avenir, ce sera le trafic routier qui fera passer les feux au vert

Le gouvernement japonais a annoncé travailler sur la conception d’un système de contrôle automatisé des feux de circulation. Ce dernier permettra d’analyser l’écoulement du trafic afin de déterminer à quel moment les feux de circulation doivent changer de couleur, limitant ainsi la frustration des automobilistes impatients et les accidents.

 

Si le système confirme son efficacité, l’Agence Nationale de Police pourrait le mettre en service d’ici 2016.

Le projet, dont le coût a été évalué à plusieurs centaines de millions de yens, est actuellement en développement chez Nissan Motor.

« Ce système va pousser chaque conducteur à respecter les limites de vitesse” déclare un porte-parole de Nissan, “[…] c’est un système révolutionnaire, encore inédit dans le monde. »

Nissan travaille sur ce projet en interne depuis maintenant 2007. Des dispositifs informatisés seront installés en face des feux de signalisation et recueilleront des informations sur le trafic routier. Ces balises optiques se chargeront ensuite de transférer les données à un centre de contrôle du trafic de la police, puis ajustera automatiquement les signaux.

automatisation-trafic-routier-au-Japon

Les conducteurs seront en mesure de puiser dans la base de données de la police via leurs GPS. Ces derniers informeront les automobilistes de la vitesse optimale qui devrait être maintenue afin d’éviter les feux rouges.

Le gouvernement a débuté les essais depuis la fin du mois d’avril dans la ville d’Atsugi, située dans la préfecture de Kanagawa, où les embouteillages sont légions. Le gouvernement a demandé aux conducteurs de bus et taxis leurs coopérations afin de mener à bien ces tests.

Le Ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme a récemment estimé que les embouteillages ont causé plus de 10 milliards de yens (environ 75 millions d’euros) de pertes à l’économie de l’archipel.

Les chiffres préliminaires pour l’exercice 2014 montrent des émissions de CO2 atteignant les 222 millions de tonnes sur le sol japonais. Le gouvernement espère que ce nouveau système pourra également aider à les réduire.

 

Source : Nikkei

Discussions

4 commentaires

4 Comments

Vous devez vous identifier pour ajouter un commentaire Se connecter

Répondre

Voir plus d'articles Technologie