La venue du président Barack Obama met le Japon sur les nerfs. Un simple code secret égaré par un employé distrait et c’est tout le dispositif de sécurité de l’aéroport de Tokyo qui est remis en cause.

 

Les autorités japonaises étaient sur les dents en ce début de semaine en raison d’un incident de sécurité avant la venue du président américain Barack Obama. Le ministère des Transports a ordonné à l’aéroport de Haneda, à Tokyo, de changer le code secret d’une zone réservée aux employés

Motif: un salarié d’une compagnie aérienne japonaise a égaré pendant quelques minutes dimanche un papier où était noté ce sésame.

Un vigile a retrouvé par hasard le papier et l’a emporté au comptoir de la compagnie Skymark. Celle-ci a compris ensuite que l’un de ses salariés avait dû le laisser tomber une quinzaine de minutes auparavant, après avoir effectué ses formalités d’enregistrement.

Ce problème, pour lequel la compagnie s’est excusée, est intervenu à quelques jours de la venue de M. Obama. Selon les médias nippons, 16’000 policiers ont été déployés dans les lieux les plus sensibles pour traquer 24 heures sur 24 les éventuels objets ou individus suspects. Quelque 10’000 caméras de surveillance seront utilisées.

Les consignes à bagages, très nombreuses, et les poubelles seront exceptionnellement inutilisables dans diverses stations de métro et gares durant la visite, de même que sera interrompue la circulation sur le trajet du convoi présidentiel.

N’ayant quasiment pas subi d’actes terroristes, en dehors de l’attaque au gaz sarin dans le métro de Tokyo par la secte Aum en 1995, le Japon est parfois considéré comme trop laxiste en matière de sécurité publique.

A l’inverse, les Nippons tendent à surréagir voire à paniquer quand se produit le moindre incident et à alors déployer des moyens phénoménaux.

 

Source: ATS

Discussions

Laisser un commentaire