Loin des regards du public, un « wakizashi » (sabre court japonais) ayant appartenu au célèbre samouraï du milieu du 19ème siècle Ryôma Sakamoto, va de nouveau être visible à Tokyo, une première depuis 1929.

 

La lame, de 52,3cm de long, sera exposée au Musée mémorial Sakamoto Ryôma du 1er novembre au 3 janvier dans le cadre d’une exposition en cours.

Sakamoto_RyomaRyôma Sakamoto (1835-1867) a joué un rôle clé dans le transfert du pouvoir du shogunat Tokugawa au gouvernement Meiji dans les dernières années de l’ère Edo (1603-1867). Ce wakizashi était réputé pour être l’arme favorite de ce guerrier légendaire.

Après l’assassinat de Ryôma en 1867 à Kyoto, le sabre a appartenu au nouveau et septième chef de la famille Sakamoto, Yataro. Le troisième fils de Yataro, qui vit toujours à Hokkaido, l’a gardé en sa possession pendant des années. Cependant son emplacement était inconnu du grand public quoique l’on connaissait son existence grâce à des photos entre autres.

En juin de cette année, un membre de la famille Sakamoto résidant à Kôchi a effectué une donation au Musée mémorial Sakamoto Ryôma. Parmi les objets donnés, Yukie Maeda, le conservateur en chef de 57 ans, a découvert la liste des biens exposés par Yataro à l’exposition de 1929 qui contenait « ce sabre que Ryôma aimait particulièrement ».

Le sabre avait également été exposé à Kyoto en 1916. Sa description indiquait alors : « un sabre porté par un enfant ».

« La manière dont Ryôma a acquis cette lame est inconnue. Mais il est possible qu’il l’avait en sa possession depuis l’enfance, » avance Yukie Maeda.

La lame est gravée des caractères « Katsumitsu », « Munemitsu », et « Eishoninen Hachigatsu Kichijitsu » sur la soie (partie de la lame insérée dans la garde). Katsumitsu et Munemitsu sont les noms de célèbres forgerons de Bizenosafune (l’actuelle préfecture d’Okayama), un centre important de productions de sabres à l’époque médiévale. Et Eishoninen Hachigatsu Kichijitsu peut se traduire par « un jour heureux d’août 1505 ».

L’exposition en cours, qui présente près de 80 objets, s’intitule “Ryoma no Yoki Rikaisha ‘Sakamotoke-Kazoku no Kizuna’ ” (le lien puissant entre Ryôma et la famille Sakamoto)

La date de clôture est fixée au 22 janvier. L’entrée est gratuite pour les plus personnes âgées de 17 ans ou moins. Au-delà elle coûte 500 yen (un peu moins de 4€).

 

Source : Asahi Shimbun

Discussions

2 Réponses

Laisser un commentaire