Que ce soit pour les études ou en tant que résident permanent, le nombre d’étrangers restant plus de 3 mois sur le territoire japonais a atteint le nombre record de 2 172 892 personnes.

 

Selon le Yomiuri Shimbun, ce nombre a fortement augmenté en raison de la venue de nombreux Vietnamiens et Népalais.

On constate qu’un nombre croissant d’étudiants et apprentis venus de ces deux pays effectue à tort une demande de statut de réfugié afin de pouvoir travailler au Japon.

residents-etrangers-japon

Le nombre de résidents étrangers au Japon avait diminué entre 2009 et 2012 en raison de la crise économique.

Les résidents chinois, qui sont la minorité la plus importante au Japon, sont au même niveau qu’en 2012, tandis que le nombre de Coréens (2ème minorité) et de Brésiliens (4ème) est sur le déclin.

résidents-étrangers-au-JaponLe nombre de Vietnamiens (5ème) a quant à lui augmenté de près de 140 %. De même pour le nombre de Népalais (7ème) qui a doublé.

Concernant les visas des Vietnamiens et des Népalais, le nombre de résidents ayant le statut « de main-d’œuvre qualifiée », pouvant ainsi travaillé par exemple comme chef sans limite de durée de séjour, ou d’ « apprenti » a fortement augmenté.

Les étudiants en provenance du Vietnam ont pratiquement quintuplé pour atteindre les 43 448 personnes, tandis que les apprentis ont presque triplé, avec 45 144 personnes. Les étudiants Népalais ont quadruplé, atteignant 18 341 personnes, tandis que ceux possédant un visa de travailleur qualifié sont passés à 8621 (+40%).

Le statut d’apprenti est accordé aux étrangers souhaitant acquérir des compétences professionnelles tout en travaillant dans des fermes ou des usines. Cependant, la plupart d’entre eux se retrouvent dans des lieux de travail nécessitant des travailleurs non qualifiés, tels que les travaux publics.

Le fait que les étudiant et apprentis de ces deux pays fassent la demande du statut de réfugié pour être en mesure de travailler au Japon est considéré comme problématique.

En 2014, 1293 Népalais avaient demandé le statut de réfugié, soit le nombre le plus élevé parmi toutes les nationalités. Les vietnamiens étaient 294 (5ème).

Avant la modification du système de reconnaissance du statut de réfugié en Septembre, les étrangers qui avaient fait la demande étaient autorisés à travailler au Japon, indépendamment de leurs raisons.

Dans de telles circonstances, le nombre de fausses demandes d’asile a considérablement augmenté. En Novembre 2014, un Népalais qui donnait des conseils sur la façon de créer de fausses demandes d’asile a été arrêté.

Selon un responsable du ministère de la justice, en charge de la maîtrise de l’immigration, l’augmentation rapide du nombre de résidents originaires de ces pays serait due à « une nouvelle tendance des étudiants souhaitant étudier à l’étranger et travailler au Japon. »

Suite à la révision du système de reconnaissance du statut de réfugié en Septembre, le système de délivrance des permis de travail a changé. Par conséquent, il est à craindre qu’un nombre croissant d’étrangers qui ont perdu leur statut de résident vont se transformer en travailleurs illégaux.

Fin 2014, Le Japon estimait à 60 000 le nombre de personnes vivant illégalement au Japon.

 

Source : Yomiuri Shimbun

Discussions

8 Réponses

Laisser un commentaire