Dans l’espoir d’éviter le surmenage, le gouvernement japonais affirme que les entreprises seront tenues de s’assurer que leurs employés prennent bien leurs congés. Le Japon a annoncé de nouvelles lois pour forcer les travailleurs à partir en vacances.

 

Les employés japonais sont si réticents à quitter leurs bureaux que moins de 50% de leurs congés ont été pris en 2013. Le gouvernement souhaite d’ici 2020, augmenter ce chiffre à au moins 70%.

Dans un contexte économique incertain, les entreprises japonaises exigent plus de leur personnel. Il n’est pas rare de voir des jeunes employés effectuer plus de 100 heures supplémentaires par mois.

Cependant, selon une étude réalisée par le JILPT, près de deux tiers des employés étaient également réticents à prendre leurs congés afin d’éviter «d’incommoder leurs collègues ». Plus de la moitié d’entre eux ont également déclaré qu’ils n’avaient tout simplement pas le temps pour des vacances en raison de leur forte charge de travail.

Les employés indiquent que n’importe quelle personne décidant de prendre du temps, durant une période d’économie stagnante, risque d’être perçue comme quelqu’un en manque d’engagement.

Le « karoshi », ou la mort par surmenage, peut toucher l’ensemble du personnel, du jeune employé au cadre supérieur plus âgé.

À l’heure actuelle, les employés ont le droit à un minimum de 10 jours de congés payés par an. A cela s’ajoute un jour supplémentaire pour chaque année d’ancienneté, avec un maximum de 20 jours par an.

La loi sur les droits du travail oblige les entreprises à accorder des congés payés à leurs employés, lorsque ceux-ci le demandent. S’ils ne le font pas, l’entreprise ne viole pas la loi.

La révision de la loi, qui sera discutée à la Diète à la fin du mois, obligera les entreprises japonaises à s’assurer que leurs employés prennent bien leurs congés.

Le gouvernement a déclaré que ces révisions seront mises en place afin d’éviter le surmenage et permettre aux employés d’avoir un équilibre entre vies professionnelle et privée.

 

Source : The telegraph || Image : Shutterstock.com

Discussions

2 Réponses

Laisser un commentaire