Dans le public, les supporters brandissent fièrement le drapeau de leur pays. Et, comme perdus au milieu des étendards français, hollandais, anglais ou norvégiens, un drapeau japonais flotte par moment. Des fans de Yukiya Arashiro, le seul coureur japonais dans le peloton.

 

Difficile de rater Yukiya Arashiro. Le coureur japonais de la formation française Europcar court en effet avec le maillot de champion du Japon. Blanc avec un rond rouge sur le torse.

Même s’il ne joue pas les premiers rôles au classement (il est 100e à plus de 2h30 de Christopher Froome), il est néanmoins très applaudi une fois la ligne d’arrivée franchie.

 

Des « Gambare » criés dans la foule

 

 

 

Cette année, le coureur de 28 ans s’apprête à terminer son quatrième Tour de France. Il a été en 2009 le premier Japonais à arriver à Paris (avec Fumiyuki Beppu). Et autour de lui flotte un véritable engouement.

« Il y a une dizaine de journalistes qui me suivent, sans compter les supporters », explique le coureur dans un Français presque impeccable. « Je vois beaucoup de drapeaux du Japon, je suis content. Quand on m’encourage, je n’entend pas des ‘Allez’ mais des ‘Gambalé’. »

Et effectivement, au bord des routes, les supporters nippons racontent leur plaisir de voir leur coureur. « Le Tour de France est très important, et en plus c’est le centième », explique une jeune supportrice.

« Alors comme il y participe, on le soutient », poursuit-elle. Seule petite déception, pour le moment, leur héros n’a pas remporté d’étape même s’il a été souvent présent en tête de peloton lors des 15 premiers jours de course.

 

Populariser le vélo

 

 

Sa présence sur le Tour a d’ailleurs contribué à populariser l’épreuve et le cyclisme au Japon. « C’est l’un des dix sportifs les plus populaires au Japon », raconte Andy Flickinger, l’un des directeurs sportifs d’Europcar.

« Il a des petites statues à son effigie, des livres. Pour un pays comme ça, c’est vraiment génial d’avoir un cycliste qui fait régulièrement le Tour et qui se retrouve devant. »

Pour surfer sur cette vague et pour continuer à populariser le cyclisme au Japon, ASO – organisateur du Tour – a décidé de lancer un critérium au mois d’octobre dans la ville de Saïtama.

Et le maire de la ville, venu présenter l’épreuve lors du contre-la-montre au Mont St Michel, n’a pas manqué d’évoquer l’importance de Yukiya Arashiro pour la promotion de la petite reine dans l’Empire du Soleil Levant.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: francinfo

Discussions

Laisser un commentaire