Effervescence particulière, mardi à l’Académie Robert Louis-Dreyfus. Une dizaine de journalistes japonais s’étaient déplacés pour assister à la présentation de Yuji Ono, le nouvel apport offensif nippon du Standard.

 

De très petite taille (1m69), d’apparence frêle, les cheveux dressés sur le crâne, Yuji Ono, 20 ans, ailier droit ou médian offensif (qui a signé pour quatre ans et demi), devient ainsi le troisième japonais après le gardien Eiji Kawashima (ex-Lierse) et l’attaquant Kensuke Nagai (ex-Nagoya Grampus) à enfiler la vareuse Rouche.

 

« Je rêvais de l’Europe »

 

En provenance du club de Yuji Yokohama Marinos, Yuji Ono a déclaré d’emblée: « J’ai estimé qu’il était temps pour moi de quitter le Japon et de réaliser ce rêve que je caressais de tenter ma chance en Europe. » Ono sait ce que l’on attend de lui. A savoir apporter une solution aux problèmes offensifs rencontrés par le Standard. « J’entends offrir ce que l’on espère de moi. Je suis prêt. Mon ambition? Etre champion avec le Standard. »

Théoriquement et sauf soucis administratifs improbables, Yuji Ono sera sélectionnable pour la venue de Courtrai, vendredi dans le cadre du championnat. Effectuera-t-il pour autant ses grands débuts liégeois à cette occasion? Là, c’est du ressort de l’entraîneur Mircea Rednic. Ono lui se dit prêt, car il a terminé le championnat japonais en décembre et s’est tout de suite entraîné mardi avec ses nouveaux équipiers du Standard.

 

« Un honneur de défendre les couleurs du Standard »

 

« Jusqu’ici, je n’ai fait que les saluer », a-t-il reconnu lors de la conférence de presse donnée mardi à l’Académie Robert Louis-Dreyfus. « Je compte bien naturellement sur Kawashima (le portier japonais des Rouches) pour faciliter mon intégration. »

Ono assure vouloir apprendre le plus vite possible le français (actuellement il parvient à dire « bonjour » et « oui »), afin notamment de
communier avec les supporters dont il dit le plus grand bien. « Je me  suis documenté et j’ai constaté que le public de Sclessin était très chaud, très fanatique. Proche de ses joueurs. C’est un honneur pour moi de pouvoir défendre les couleurs d’un club doté d’une telle aura et d’une telle tradition. »

 

Numéro 14

 

Par la bouche de son directeur sportif, Jean-François de Sart, le Standard espère qu’Ono va permettre aux Rouches d’être plus efficace en zone de conclusion. Mais à quelle place jouera précisément le dernier transfuge en provenance du Japon? Timide, il répond: « Là où monsieur Rednic me le demandera. Attaquant de pointe, médian offensif, cela n’a pas d’importance. »

Une dernière précision, Yuji Ono portera le numéro 14. Comme Johan Cruijff en son temps…

 

Discussions

Laisser un commentaire