Après six mois au pouvoir, le premier ministre japonais Shinzo Abe et son gouvernement de coalition ont mis un terme à la division du Parlement, en obtenant une forte majorité aux élections à la Chambre haute de dimanche.

 

Tous les trois ans, la moitié des 242 sièges du Sénat sont renouvelés. Ces 121 sièges sont disputés dans plusieurs circonscriptions et au scrutin proportionnel.

Le Parti libéral démocrate de M. Abe a remporté 65 sièges, le nombre le plus élevé depuis les sénatoriales de 2001, lorsque le système électoral actuel a été inauguré. Le partenaire du PLD, le Parti Komei a obtenu 11 sièges.

La coalition sous la conduite du PLD avait remporté la majorité des deux tiers à la Chambre basse, plus puissante, aux élections de décembre 2012.

C’est un nouveau revers pour le Parti démocrate du Japon, dirigé par l’ex-ministre de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie Banri Kaieda, et avec 17 sièges obtenus seulement, c’est le plus mauvais résultat obtenu par le PDJ depuis sa création en 1998.

Votre parti, une formation dirigée par l’ex-ministre de la Réforme administrative Yoshimi Watanabe, a recueilli huit sièges. Le Parti de la restauration, codirigé par le maire d’Osaka Toru Hashimoto et l’ex-gouverneur de Tokyo Shintaro Ishihara, a lui aussi remporté huit sièges, de même que le Parti communiste, une des formations les plus fortement opposées à la révision de la Constitution.

Le Parti social démocrate a dû se contenter d’un siège.

 

Les partisans de l’amendement de la Constitution sortent gagnants des élections

 

Au Japon, le Parti libéral démocrate et d’autres formations soutenant l’assouplissement des règles sur les amendements constitutionnels contrôlent maintenant 143 sièges à la Chambre haute.

Il leur manque 19 sièges pour bénéficier de la majorité des deux tiers nécessaire à la présentation d’une motion pour changer la Constitution.

Les partis favorables à la révision de la Constitution, dont le Parti de la restauration et Votre parti, occupent maintenant 143 sièges à la Chambre haute après les élections de dimanche si l’on compte les sièges non renouvelables qu’ils détiennent déjà.

Les discussions sur la révision de la Constitution pourraient avancer si le Parti Komei et le Parti démocrate se joignaient à cette initiative.

Le Parti Komei, le partenaire de coalition du PLD, a proposé d’ajouter de nouveaux articles et principes à la Constitution.

Certains membres du PDJ sont favorables à l’adoption des amendements.

 

 

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: NHK

Discussions

Laisser un commentaire