La marque japonaise Uniqlo a annoncé, ce jeudi, qu’elle allait signer l’accord sur la sécurité dans les usines textile au Bangladesh. Après l’effondrement du Rana Plaza qui avait fait plus de 1.000 morts en avril, 70 enseignes avaient signé cette charte.

 

Uniqlo vient de signer l’accord sur la sécurité des usines textile au Bangladesh. Cette signature fait suite, avec un peu de retard, à celles de 70 autres grandes enseignes de distribution. La marque japonaise dit avoir voulu prendre le temps d’étudier toutes les conditions de son engagement.

En mai dernier, un mois après l’effondrement du Rana Plaza qui a fait plus d’un millier de morts, plusieurs grandes marques occidentales décident de marquer le coup. Elles s’engagent à renforcer la sécurité dans les usines de leurs sous-traitants au Bangladesh.

H&M, Zara, Calvin Klein ou encore Benetton font partie des 70 signataires de l’accord sur cinq ans, qui doit mettre en place des programmes d’inspection.

 

Un accord contraignant qui redore l’image des marques

 

Ce jeudi 8 août, c’est l’exploitant de la marque japonaise Uniqlo qui accepte finalement, après mûre réflexion et pas mal de critiques, de suivre cette initiative. Le groupe explique avoir voulu procéder à ses propres enquêtes avant de signer.

L’accord « incendie et sécurité » se veut contraignant pour les grands noms du textile. Ils doivent faire appel à des experts qualifiés et indépendants. Si des défauts de construction sont identifiés, ils sont dans l’obligation d’y remédier.

C’est aussi un moyen pour les marques occidentales de redorer leur image. Un point d’autant plus important pour Uniqlo qui a ouvert début juillet deux magasins, en son nom, à Dacca, la capitale du Bangladesh.

Il s’agit d’une première pour une grande enseigne occidentale dans ce pays, qui est pourtant le deuxième exportateur de textile au monde.

 

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: BFMTV

Discussions

Laisser un commentaire