Une femme Maori s’est vu refuser l’accès d’un bain public au Japon à cause de ses tatouages traditionnels, conséquence d’une règle mise en place afin d’éloigner les truands des lieux publics, dit-elle vendredi à l’AFP.

 

Erana Te Haeata Brewerton originaire de Nouvelle-Zélande, qui était attendu pour une conférence sur le langage indigène, a indiqué avoir été refusé à l’entrée d’un bain à Eniwa, au nord de d’Hokkaido, le 8 septembre à cause de l’interdiction d’accès des bains aux personnes tatoués.

« Je n’ai pas l’habitude d’être traité ainsi » dit-elle à l’AFP lors d’une interview téléphonique.

Brewerton informe que le peuple Maori possède des tatouages faciaux appelés  » ta moko » afin de  » dire qui ils sont et d’où ils viennent, Mon Moko informe donc aux autres Maori à quelle tribu j’appartiens »

Au Japon, les tatouages sont associés aux Yakuza, groupe de crimes organisés. Ainsi, de nombreuses institutions excluent les personnes tatouées afin de maintenir éloignées les mafieux.

La sexagénaire qui était sortie seule, nous a donc informés avoir été refusé à l’entrer du bain à cause de ses tatouages aux lèvres et au menton.

 » Nous avons protesté, disant que le tatouage n’avait rien d’un symbole anti-social et qu’ils devraient respecter la culture de chacun et les laisser en porter les symboles » nous informe Kenji Sekine, un interprète Ainu.

Un employé du bain a indiqué à l’Agence Kyodo News, que la décision a été prise en prenant en compte les autres clients, afin d’éviter de les mettre mal à l’aise.

 » Même si c’est quelque chose de traditionnel, il est difficile d’espérer que les clients comprennent la différence entre les tatouages. Une personne ne peut pas connaître dans quelle condition ont été fait le tatouage » continu l’employé.

Cet événement a eu lieu seulement une heure après la victoire du Japon pour recevoir les JO de 2020. Alors que le gouvernement établissait une campagne afin de rendre la capitale plus accueillante aux étrangers.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Discussions

2 Réponses

  1. GATTACA

    Rien de neuf sous le soleil.
    Cette dame ne doit s’en prendre qu’à elle même.
    Quand on se déplace dans un pays étranger on se renseigne sur les coutumes locale. Et si on ne l’a pas fait (ou si on n’a pas trouvé la solution de sa recherche) on ne joue pas les vierges effarouchées en les découvrant. Cette dame a du avoir confirmation de la coutume par ses ami(e)s. A elle aussi de respecter les coutumes du pays qui l’accueille, même si elle les découvre au dernier moment. C’est aussi ça le respect.
    C’est, certes, discriminant pour elle dont le pays utilise le tatouage culturellement et de façon ostentatoire, ce qui est l’exact contraire du Japon. Comme dit le proverbe : « à Rome, fait comme les romains ».

  2. Lucie

    Pas facile comme situation.
    Au Japon c’est une règle connue, mais on ne peut pas tout savoir. C’est quand même bien de se renseigner un peu avant.
    Il est vrai que si on accepte cette femme on accepte alors tout le monde avec tous leurs tatouages. Logique !

    Dommage et difficile problème car beaucoup de personnes sont tatouées alors ils seront exclus de plusieurs lieux également. Le mieux c’est encore de ne pas se faire tatouer!

Laisser un commentaire