Une école primaire située dans la préfecture de Nagano, au Japon peut se targuer de vivre désormais dans l’ignominie. Celle-ci a exclu un garçon ayant le syndrome de Down de la photo de classe.

 

Selon la mère de l’enfant, le directeur de l’école, lui a dit que l’école souhaitait prendre deux versions de la photo de groupe. Une avec tous les élèves, et l’autre sans le garçon trisomique, afin d’éviter de perturber les autres parents.

La mère de l’enfant a déclaré qu’il fréquentait actuellement une école spécialisée, mais qu’ils l’avaient encouragé à fréquenter également cette école primaire afin de lui permettre d’interagir avec d’autres enfants.

Les parents ont ainsi décidé qu’il serait bon pour lui s’il étudiait et participait plusieurs fois par mois aux activités de l’école primaire. L’école l’a accepté sans problème comme membre à part entière de la classe, ayant même son propre bureau.

Quand le moment de la photo de classe est arrivé, la mère a été approchée par le directeur.
« Les parents des autres enfants pourraient se demander pourquoi votre fils est dans la photo avec eux. » a déclaré le principal.

«Je vous propose de prendre deux photos. L’une avec votre fils et l’autre sans lui. Ou bien, vous pouvez également décider de ne pas faire apparaitre votre fils sur la photo. » a ainsi déclaré le principal à la mère.

Le jour de la photo, le garçon a dû attendre sur le côté pendant que le groupe prenait une photo sans lui. Puis il a rejoint ses camarades de classe pour l’image alternative.

 » J’étais très triste, en me disant que ses camarades de classe ont dû penser qu’ « il est bien différent de nous, après tout. » a déclaré la mère.

Une fois l’affaire repris par l’Asahi Shimbun, le principal a dû présenter des excuses pour son manque de considération. Un ami de la mère de l’enfant et lecteur de l’Asahi avait prévenu le journal et soulevé ce problème de discrimination.

Le principal a déclaré par la suite qu’a à ce moment-là, il ne pensait pas que son action pouvait être interprété comme étant de la discrimination.

«Je ne m’attendais pas à ce que la mère de l’enfant le prenne si mal et que prendre deux photographies différentes pourrait être de la discrimination « , a déclaré le principal.

«Je m’excuse si j’ai pu blesser les parents par mes actes.  »

 

 

Discussions

Une réponse

  1. Tetsujin28

    Ce genre d’ignominie est souvent du fait de la pression de certains parents sur le directeur de l’école, quand on sait que beaucoup d’écoles sont largement subventionnées par ces derniers…

Laisser un commentaire