Après un pic à 128 millions d’habitants en 2008, la population du Japon a diminué à un peu plus de 127 millions. Rien que l’an dernier, la population diminuait de 215 000 personnes, mais il ne s’agit pas forcément d‘une mauvaise nouvelle.

 

Les séniors vivent plus longtemps et le taux de natalité chute. Les dernières statistiques montrent que 33 millions de Japonais ont 65 ans ou plus, ce qui représente à peu près un quart de la population, et plus de deux fois le nombre d’enfants âgés de 14 ans et moins.

Sur le papier, Il est assez facile d’imaginer un futur morose pour le Japon. En mai dernier, on a ainsi appris que d’ici 2040, le nombre de femmes vivant à l’extérieur des grandes villes et étant en âge de procréer (20-39) diminuerait de moitié.

La population des villes de province va fondre, l’emploi et les entreprises en milieu rural vont disparaitre, des hôpitaux vont fermer, les transports en commun seront paralysés. Ce qui reste des jeunes Japonais vont déménager vers Tokyo, Osaka ou d’autres agglomérations.

Le pire scénario prévu par les analystes les plus pessimistes étant « l’extinction du Japon. » à long terme.

2000px-Population_of_Japan_since_1872.svg

Regardez cela du bon côté, indique l’hebdomadaire Shukan Shincho daté du 30 Avril. Il pourrait effectivement il y en avoir un !

Les premiers avantages d’une diminution de la population viennent immédiatement à l’esprit. Des installations moins bondées, un rythme de vie moins frénétique, plus détendu.

Takahiko Furuta, président de l’Institut de recherche pour la société contemporaine, indique que notre « société en croissance » évolue vers une « société à maturité » – moins de croissance, mais une plus grande jouissance des fruits que l’on a fait pousser à ce jour.

La croissance ne va cependant pas forcement faner. Furuta cite à titre d’exemple le papier toilette.

La diminution de la population a déjà entraîné une baisse sensible de la demande. Imperturbables, les producteurs rivalisent d’ingéniosité afin de rendre le papier plus doux, ou plus attractif en termes de design.

Les consommateurs sont prêts à payer des prix plus élevés en échange de la qualité. Ce qui est vrai dans un secteur sera également vrai dans d’autres.

Ensuite, vient le logement. Un septième des maisons au Japon sont vacantes. Cela semble désastreux, n’est-ce pas ?
Furuta indique dans le Shukan Shincho que la Suède a connu un problème similaire il y a 30 ans, et a résolu cela avec le concept des résidences secondaires.

Posséder deux logements – un en ville et l’autre en province – est devenu normal pour ces citadins ayant rachetés ces propriétés vacantes pour une bouchée de pain.

Chaque individu pourrait être salaryman la semaine, et partir à la campagne durant le week-end et les vacances.

Furota nous rappelle que des déclins de population ont déjà eu lieu dans le passé sans causer une « extinction ».

En 1718, la population du Japon était de 30 millions de personnes. Soixante ans après, due à une série de famines, celle-ci était tombée à 3 millions.

Les famines sont terribles, mais cet épisode de dépeuplement a coïncidé avec un épanouissement culturel remarquable avec le kabuki, l’art ukiyoe et l’introduction de la médecine occidentale (le terme populaire était «études hollandaises»). Ainsi il se pourrait que le dépeuplement actuel génère de nouvelles formes culturelles encore inconnues.

Le Premier ministre Shinzo Abe et la Fédération des organisations économiques japonaises (Keidanren) ont parlé de la nécessité de maintenir la population au-dessus des 100 millions.

Furuta se demande s’ils connaissant l’origine de ces 100 millions. Il explique que cela date de la rhétorique politique durant la Deuxième Guerre mondiale.

A l’époque, cela était considéré comme la population idéale du Japon compte tenu de son ambition de conquête de l’Asie connue sous l’euphémisme « sphère de coprospérité de la Grande Asie orientale ».

 

Source : Japan today || Image : Thomas La Mela / Shutterstock.com

Discussions

10 Réponses

  1. Fugushima.blogspot.fr

    Oui oui, si l’on se fie à certains spécialistes payés par le régime, les « milieux autorisés » comme disait Coluche, il y a du bon à prendre dans cette dénatalité.
    Des prix de l’immobilier à la baisse, des universités moins regardantes… On peut toujours trouver des avantages à un déclin. Par exemple, en Grèce, ils polluent moins, faute de pouvoir payer leur énergie. Cependant, le sieur Furuta manque d’honnêteté intellectuelle quand il explique que le Japon a déjà connu des situations semblables où la population a connu un déclin important.
    Le Japon féodal n’avait pas de système de retraite.

    On ne compare pas les problèmes d’une société agraire où la famille souche élargie avait de quoi être résiliente avec une société industrielle qui s’effondrerait en cas de faillite du système de retraite.

    De nos jours, sur Futabachan, la grogne se fait entendre. Les retraités de la génération Dankaisedai touchent le pactole, ainsi que les cadres âgés des grosses boites, tandis que les jeunes doivent se contenter de miettes et n’auront pas de retraites. Ils ne sont pas suffisamment payés pour fonder un foyer. Ceux qui ont l’argent n’ont déjà plus besoin de faire des enfants… Tout cela ne crée que frustrations…

    • Zobylamouche

      Dans le Japon feodal, seuls les plus riches pouvaient se permettre de ne pas travailler. De nos jours, seuls les plus riches peuvent se payer une (bonne) retraite et arreter de travailler. Ce n’est pas si different et donc la comparaison tient debout !
      Contrairement a l’occident, les retraites japonais ne sont pas completement dependant de leur retraite et ne compte pas sur la generation a venir pour payer leur retraite. Beaucoup d’entre eux, en age de prendre leur retraite, continue de travailler pour diverses raisons. Plus facile de comparer des epoques que des civilisations !

  2. bluebird

    J’avoue que je ne connais pas grand chose sur ce sujet.
    Mais bon, Faudrait améliorer le système afin de donner envie à la population japonaise de fonder une famille soit un salaire raisonnable. Plus en plus de jeunes japonais veulent vivre ailleurs à cause du salaire médiocre, mais l’envie de fonder un foyer reste là.

    Bref, le problème est le même à savoir vivre convenablement.

  3. Zobylamouche

    Cela ne pourra etre que benefique pour une Terre deja surpeuplee qui s’epuise en ressources energetiques et face a un besoin toujours plus importants. Notre environnement a deja trop souffert de notre presence peu ecologique.
    Une fois encore, les medias occidentaux dramatisent la situation du Japon. Aucun media japonais n’a parle d’une quelconque « exctinction du Japon » tellement cette possibilite est peu plausible: la production d’enfants au Japon est certes ralentie mais pas a l’arret complet non plus.

    • Dio Brando

      Je partage le meme avis que Fugushima quand il souligne le manque d’honnete intellectuelle de Furuta 😉

      Cette baisse serait benefique si c’etait a un niveau global et non pas concentre sur un seul pays ou une oligarchie d’incapables continue de puiser.
      Otomo a il y a plus de 20 ans deja etablit le scenario du devenir des personnages agees dans Roujin Z voir si on remonte plus loin, un certain Soleil Vert/Soylent Green.

  4. Zobylamouche

    Ouaip effectivement, c’est pas une dizaine de millions de japonais en moins qui contrebalancera la surpopulation sur Terre.
    Par contre, je ne crois pas trop a une eventuelle chute de l’empire a cause d’une faillite du systeme de retraite et aux scenarios catastrophes imagines par les medias occidentaux.
    Le fonctionnement de la societe japonaise ne se repose pas sur le systeme d’indemnisation. De plus, le rapport cotisations/indemnites est tellement eleve que peu de personnes peuvent partir en retraite. Il n’est pas rare de voir des seniors continuer a travailler. Je suis convaincu que meme si tu as plus de beneficieres que de cotisant, un rapport si eleve permet de conserver un certain equilibre. Qu’en penses-tu ?

    • Dio Brando

      Le Japon dispose d’une immense banque de depot et detient une bonne partie de la dette des US donc bien sur qu’il n’y aura pas une chute vertigineuse et brutale mais une baisse globale sur le long terme, cela me semble indeniable pour ne pas dire totalement inevitable.

      Le Lagaffe de vice premier ministre/ministre des finances a a déclaré l’an dernier que les personnes âgées devraient être « autorisées à mourir vite » plutôt que de coûter de l’argent au gouvernement pour les soins médicaux…il a pourtant 72 ans 😛
      La Chine et la Coree du Sud continuent de monter sans compter les autres pays asiatiques et si les generations actuelles n’ont pas ou peu d’emplois dans les prochaines decenies, les personnes agees encore moins! Deja que beaucoup d’entre elles se tapent deja des baito chez mac do/yoshinoya! Tu sais comme moi que les assurances completementaires n’existent pas donc qui payera les 30% en cas de maladie?
      La societe japonaise s’en remet a ses pseudos elites, a elle d’avoir une prise de conscience pour que ca change mais meme l’incident de Fukushima n’a rien change foncierement.
      Le Japon a bien des atouts mais reste dans une sacre M****E a de nombreux niveaux et rien n’enrayera la baisse de la population selon moi, surtout pas Abe avec ses « mesurettes » et ses potes dinosaures.

      • zobylamouche

        Je te remercie pour tes réponses pleines de bon sens. 50 ans de fraude pas mal ! Les contrôles s’accentuent et ce genre de faits seront de plus en plus décelés.

      • Dio Brando

        Tu n’as pas a me remercier, nous sommes la pour partager nos connaissances et notre interet pour le Japon etc.
        Cette fraude evaluee a 51 millions de yens n’est qu’une goutte d’eau par rapport a toutes celles du monde politico-mediatico-financier et de son bal des tetes basses « 心より感謝申し上げます » quand ca se fait prendre mais nous nous eloignons du sujet de base 😉

Laisser un commentaire