Quelque 30 000 athlètes ont participé ce dimanche au marathon de Pékin. Parmi eux figuraient une cinquantaine de Japonais.

 

Au départ, les Japonais s’étaient vus interdire de participer à cet événement annuel. Une mesure décidée en représailles à la nationalisation par Tokyo des îles Senkaku, situées en mer de Chine orientale. Cette interdiction avait été levée à la suite de critiques émises en Chine et à l’international.

Un groupe de Japonais portait des T-shirts imprimés de slogans célébrant le quarantième anniversaire de la normalisation des relations diplomatiques.

Un Chinois ayant participé à la course a déclaré que tout le monde s’opposait à l’interdiction imposée aux coureurs japonais. D’après lui, le sport ne connaît pas de frontière. Personne ne devrait empêcher des étrangers de participer à un événement athlétique.

Mais tous les Chinois ne partagent pas ce point de vue. Certains brandissaient des bannières indiquant que les Senkaku appartiennent à la Chine.

Discussions

Laisser un commentaire