Le bureau du premier ministre japonais, Shinzo Abe, propose depuis quelques jours une application en japonais pour smartphones censée permettre aux citoyens de se tenir plus facilement informés des activités du chef du gouvernement.

 

Au menu de ce mini-programme à télécharger, cinq grandes sections.

La première est un accès intégré à la page Facebook de M. Abe, mise à jour presque quotidiennement et très commentée.

Dans un entretien récent accordé à la presse nippone, l’épouse de M. Abe laisse entendre que son mari juge la communication directe avec les citoyens via Facebook comme un moyen de contourner les médias, lesquels peuvent ne pas être tendres.

La deuxième section présente les interventions majeures du premier ministre, notamment les textes de ses conférences de presse.

La troisième compile des vidéos, la quatrième livre les communiqués, notamment les décisions importantes prises en conseil des ministres, et la cinquième décrit la résidence du chef du gouvernement, donne accès à un espace simplifié destiné aux enfants ainsi qu’au long historique des premiers ministres et gouvernements qui se sont succédés durant plus d’un siècle.

 

Internet interdit pendant les campagnes électorales

 

Depuis son retour au pouvoir fin décembre dernier, après un premier mandat raté en 2006-2007, M. Abe s’active et le fait savoir.

Il exploite internet à profusion, avec notamment un compte Twitter officiel de ses services où apparaissent parfois des informations de première importance.

Ce fut notamment le cas lors de récents violents séismes et alertes au tsunami, ou après le tir de fusée et l’essai nucléaire réalisés en décembre et février derniers par la Corée du Nord.

Le gouvernement de M. Abe souhaite la fin de l’interdiction faite aux candidats d’utiliser internet pour attirer les électeurs pendant la campagne électorale officielle.

Cette interdiction devrait être supprimée avant les sénatoriales de cet été, un scrutin crucial pour M. Abe qui n’a actuellement pas la majorité à la chambre haute.

Discussions

Laisser un commentaire