Selon la police, l’homme s’est tué en s’éviscérant avec un couteau. Le suicide ressemble au hara-kiri, ou seppuku, le suicide rituel japonais par éventration.

 

Selon le Bangkok Post, la police a été avertie le 22 novembre qu’un touriste étranger avait été retrouvé mort par un employé entré dans sa chambre de l’hôtel Princess Park, à Tambon Makham Tia, dans la province Surat Thani, dans le sud de la Thaïlande, inquiet de ne pas le voir quitter l’établissement comme il devait le faire. Le corps du Japonais d’une vingtaine d’années a été retrouvé couché face contre terre. A côté de lui se trouvait un couteau ensanglanté que la police a collecté comme preuve. Il n’y avait aucun signe de lutte dans la chambre.

Après avoir regardé les images des caméras de surveillance de l’hôtel, le colonel Suwat Suksri, commissaire de la police de Muang Surat Thani, a indiqué que l’homme s’était enregistré à l’hôtel la veille, et qu’il n’avait quitté sa chambre qu’à deux occasions, une première fois pour demander au personnel une carte de la ville, puis pour aller faire des courses dans une boutique située de l’autre côté de la rue où il a acheté le couteau qu’il a plus tard utilisé pour se suicider.

Une autopsie devrait être pratiquée pour déterminer les causes de la mort, mais pour la police, il est déjà clair qu’il s’est suicidé par éviscération. Dans le Japon traditionnel, le seppuku, suicide rituel des guerriers samouraïs exécuté à l’aide d’un sabre court ou d’un poignard, était notamment destiné à laver un échec personnel.

Discussions

Laisser un commentaire