Selon le Mainichi Broadcasting System, vendredi dernier, un ancien directeur d’école élémentaire et membre du conseil de l’éducation d’Osaka qui, plus tôt ce mois-ci a nié les accusations de harcèlement sexuel en revendiquant que ses gestes étaient semblables à ceux du personnage principal des films de James Bond, a démissionné de l’enseignement.

 

Le Conseil d’administration a annoncé, début octobre, qu’aux mois de mai et juin derniers, Takashi Yoshida, 59 ans, avait fait des attouchements à des mères d’élèves et leur avait envoyé des emails déplacés.

À l’époque, Yoshida a nié les accusations, affirmant que ses actes étaient semblables à ceux de l’espion anglais James Bond.

« Ce sont des gestes tels que les aurait fait l’agent 007 », a écrit Yoshida à la commission dans une lettre de 27 pages qui explique ses intentions. « Pour obtenir des informations de ces espionnes, je leur ai montré de l’affection. »

Il a ajouté que les emails étaient, en partie, des « blagues », et qu’il n’avait pas « sciemment commis de harcèlement sexuel par ses actes ».

En Septembre, Yoshida a été réaffecté et a reçu une réduction de salaire de six mois. Il a également été inscrit à une formation sur le harcèlement sexuel.

Malgré tout, plusieurs membres du conseil restaient sceptiques quant à cette peine, estimant que Yoshida ne regrettait pas ses actes.

Selon le Mainichi Shimbun, le maire d’Osaka Toru Hashimoto a montré une certaine sympathie envers l’ancien directeur. « C’est un problème, mais je ne pense pas que ce soit une chose impardonnable », a déclaré le maire.

Dans une entrevue de deux heures avec Yoshida, le 22 Octobre, le Conseil a expliqué qu’il avait fait très peu de progrès lors de sa formation. Deux jours plus tard, le Conseil d’administration lui a suggéré de se retirer volontairement, ce qu’il fit dès le lendemain.

Yoshida avait assumé ce poste au printemps dernier dans le cadre d’un programme de recrutement national.

 

 

Source: Nipponconnection.fr

Discussions

Laisser un commentaire