Un conseiller du Premier ministre nippon est en visite surprise en Corée du Nord dans un contexte de tensions entre Tokyo et Pyongyang. Le régime nord-coréen souhaiterait rouvrir le dialogue entre les deux pays.

 

Un conseiller du Premier ministre japonais se trouve en… Corée du Nord, sur fond de spéculations quant à la volonté de Pyongyang de rouvrir le dialogue après une série de bravades, selon les médias nippons et l’agence officielle nord-coréenne.

Le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, n’a pas souhaité commenter la visite de ce conseiller de Shinzo Abe, Isao Iijima, qui est arrivé à Pyongyang mardi.

« Par le dialogue et la pression, nous travaillons à la résolution globale de divers problèmes (avec la Corée du Nord), comme ceux des enlèvements (de Japonais par Pyongyang), du nucléaire et des missiles », a toutefois rappelé Yoshihide Suga, lors d’une conférence de presse.

Des images des télévisions japonaises ont montré Isao Iijima serrer la main de Kim Chol Ho, vice-directeur du département des Affaires asiatiques du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, sur le tarmac de l’aéroport de Pyongyang.

La télévision publique NHK a précisé que Isao Iijima devrait repartir de Corée du Nord d’ici à la fin de la semaine.

 

Pas de liens diplomatiques entre les deux pays

 

Ce conseiller avait déjà travaillé avec un autre Premier ministre conservateur nippon, Junichiro Koizumi (2001-2006), dont il avait co-organisé deux spectaculaires voyages en Corée du Nord en 2002 et 2004. Junichiro Koizumi y avait notamment récupéré cinq Japonais enlevés plusieurs décennies auparavant par les services secrets nord-coréens.

Les deux pays n’ont toutefois pas de liens diplomatiques et entretiennent des relations tendues, voire hostiles, en partie parce que Tokyo accuse Pyongyang de détenir encore des kidnappés japonais.

La Corée du Nord prétend que, parmi les 13 qu’elle a reconnu avoir enlevés, les huit autres sont morts.

Ancienne puissance coloniale, le Japon est de surcroît souvent visé par la propagande nord-coréenne et a été menacé en avril du « feu nucléaire » par Pyongyang, s’il s’avisait de détruire en vol des missiles d’essai nord-coréens.

Discussions

Laisser un commentaire