Un avion de surveillance maritime chinois a brièvement survolé jeudi les îles Senkaku administrées par le Japon et des chasseurs nippons ont décollé en direction de cet archipel, a annoncé le gouvernement japonais.

 

Un nouveau signe de la montée des tensions entre Pékin et Tokyo? Un avion de surveillance maritime chinois a survolé jeudi les îles Senkaku administrées par le Japon et des chasseurs nippons ont décollé en direction de cet archipel, a annoncé le gouvernement japonais, qui a aussitôt envoyé une protestation officielle à la Chine.

Le porte-parole du gouvernement japonais, Osamu Fujimura, a expliqué à la presse que cet avion chinois était entré peu après 11H (2H GMT) dans l’espace aérien de ces îles de mer de Chine orientale revendiquées par Pékin, au-dessus de l’île d’Uotsuri. Les Forces aériennes d’auto-défense (l’aviation nippone) ont immédiatement dépêché des chasseurs F-15 sur place, a précisé M. Fujimura.

Le survol des îles disputées entre la Chine et le Japon par un avion de surveillance chinois est « parfaitement normal », a déclaré jeudi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« Le survol des îles Diaoyu par des avions de surveillance maritime chinois est parfaitement normal », a déclaré le porte-parole chinois Hong Lei, alors que Tokyo a dénoncé la première violation de son espace aérien par la Chine « aussi loin qu’on puisse remonter » dans l’Histoire.

« La Chine demande au Japon d’arrêter ses activités illégales dans les eaux et l’espace aérien des îles Diaoyu », a ajouté M. Hong, qui répète que ces îles de mer de Chine orientale, appelées Senkaku par les Japonais, « font partie intégrante de la Chine depuis des temps anciens ».

Les îles Senkaku, appelées Diaoyu par les Chinois, sont au centre d’une montée de tension entre les deux voisins. Le différend territorial autour de cet archipel inhabité, dont les fonds marins environnants pourraient renfermer des hydrocarbures, s’est envenimé en septembre après la nationalisation d’une partie de ces îles par le Japon, rachetées à un propriétaire privé japonais.

Des manifestations antijaponaises, parfois violentes, avaient duré une semaine un peu partout en Chine tandis que, depuis cette prise de contrôle directe, des navires officiels chinois croisent dans les eaux territoriales ou les environs de ces îles situées à quelque 200 km à l’est des côtes de Taïwan, qui les revendique également, et à 400 km à l’ouest de l’île d’Okinawa, au sud du Japon.

Il s’agit de la première fois, depuis le début de cette crise, qu’un survol effectué par un avion gouvernemental chinois est signalé par les Japonais.

Discussions

Laisser un commentaire