L’artiste de rue Pejac, originaire d’Espagne, vient de terminer une tournée en Asie, en passant par Hong Kong et Séoul. Son dernier arrêt était Tokyo, où il s’est amusé à créer une certaine anarchie créative dans les rues.

 

Exploitant des thèmes socio-politiques, cet artiste talentueux a fait passer quelques messages « tranchants » sur les trottoirs et rues du Japon.

 

Gulliver

01

Dans la ville de Chiba, l’artiste Barcelonais a créé « Gulliver » près d’un passage à niveau, en utilisant un bonsaï et le motif d’un jeune jardinier.

Pejac a déclaré: « En utilisant le bonsaï, icône de la culture japonaise pour laquelle j’ai toujours eu un intérêt, j’ai voulu créer une œuvre surréaliste qui joue avec l’échelle des différents éléments. »

04

05

 

La soupe aux ailerons de requin

07

« La soupe aux ailerons de requin » a été créée à Shibuya.

Ceci est une œuvre qui utilise l’esthétique de l’animation pour camoufler la critique d’une réalité : le génocide des requins dont les consommateurs japonais sont en grande partie responsables.

Un requin émergeant dans la ville, révélant une morsure humaine sur son aileron.

09

10

 

Seppuku

11

L’artiste a voulu également représenté le Seppuku dans une œuvre située dans une ruelle de Shibuya.

« Au départ, j’ai conçu cette œuvre en pensant à une peinture intérieure. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de rendre ce petit hommage à la culture japonaise pour l’inspiration qui m’a conduit à la créer. »

12

 

Tout le monde est un artiste

13

Pour l’œuvre « Tout le monde est un artiste », Pejac s’est rendu à Kawasaki.

« Reprenant l’affirmation de Joseph Beuys, j’ai rendu hommage à toutes les femmes qui travaillent dans le monde. »

Une silhouette de femme de ménage semble se substituer à toutes les femmes au foyer du Japon. Elle verse son eau sale qui se transforme en « La Grande Vague de Kanagawa » de Hokusai, probablement l’ukiyoe le plus célèbre du monde.

14

15

16

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire