Le constructeur automobile japonais Toyota a annoncé mercredi qu’il allait payer 1,1 milliard de dollars (756 millions d’euros) à des propriétaires américains dont les véhicules ont perdu de la valeur à la suite de rappels massifs en 2009 et 2010 pour des problèmes de sécurité.

 

Le premier constructeur d’automobiles japonais, avait dû rappeler 2,77 millions de voitures dans le monde en raison de problèmes touchant la pompe à eau électrique de modèles hybrides ainsi qu’une pièce du système de direction.
Selon les documents remis au ministère japonais des Transports, plusieurs centaines d’anomalies ont été notifiées mais aucun accident n’a été déploré à cause de ces soucis techniques. Parmi les modèles concernés figuraient des Prius (hybrides électrique/essence), des Corolla, des Alphard et des Crown produits entre août 2000 et juin 2008. Sur le total de 2,77 millions d’unités, 1,5 million se trouvent au Japon, 669.000 aux Etats-Unis et le reste au Canada, en Europe, en Chine, en Australie, au Moyen-Orient, en Afrique ou encore en Amériques centrale et du Sud.

Le constructeur va également provisionner 1,1 milliard de dollars avant impôts pour être en mesure de financer cet accord conclu à l’amiable avec des automobilistes américains après des plaintes déposées en Californie (ouest des Etats-Unis).

Malgré cette facture conséquente, les affaires de Toyota se portent très bien : avec 9,66 millions d’unités vendues, le constructeur automobile est bien placé pour redevenir cette année numéro un mondial du secteur en nombre de véhicules vendus, devant l’Américain General Motors et l’Allemand Wolkswagen.

Discussions

Laisser un commentaire