C’est le pari tenu par Toyota au Japon. Le premier constructeur mondial d’automobiles expérimente un retour à la main-d’œuvre humaine sur une centaine de postes en usine.

 

Toyota explique que l’homme ne peut plus dépendre de la machine, qu’il doit la maîtriser et que cela ne peut passer que par la connaissance de la tâche effectuée.

«Nous devons revenir aux bases, nous appuyer sur nos capacités manuelles et les développer», explique ainsi Mitsuru Kawai, en charge du projet et de la promotion des savoir-faire au sein de l’entreprise.

Une méthode à contre-courant dans le deuxième pays le plus robotisé au monde après la Corée du Sud et dans le secteur pionnier d’une automatisation qui s’est traduite par la suppression de centaines de milliers d’emplois.

L’expérience semble concluante : elle a permis à Toyota de réduire de 10% les gaspillages dans la production de vilebrequins et de raccourcir la chaîne de montage.

Certains coûts de production ont également été réduits comme pour les châssis ou les arbres de direction.

 

Source: Libération

Discussions

Laisser un commentaire