Si vous visitez le stand Toshiba au CEATEC cette semaine, vous ne passerez pas à côté d’Aiko Chihira. Capable de communiquer en langue des signes, l’androïde féminin est de facture japonaise.

 

C’est à ALab Inc., l’Université d’Osaka, l’Institut de Technologie de Shibaura et celui de Shonan que l’on doit sa création. Outre le réalisme de ses traits (peau en silicone et pas moins de quinze actionneurs permettant de mimer les expressions du visage), le plus étonnant est sa capacité à signer. 

Hitoshi Tokuda, responsable du groupe marketing de Toshiba dans la nouvelle division du développement des affaires, précise que le matériel a été fourni par ALab Inc. et l’Université d’Osaka. L’algorithme coordonnant les 43 actionneurs du robot a été développé par Toshiba. La technologie est dérivée de l’ensemble des expériences de l’entreprise en production de robots industriels.

Le principal objectif de Toshiba est le domaine de la santé et du bien-être. Cependant, Tokuda a émis la volonté d’une cible plus large. Ainsi, le secteur de l’événementiel (plus globalement celui de la communication) apparaît comme le terrain privilégié des prestations de l’androïde. Un kit de développement pour les développeurs tiers est également à l’étude.

Pour l’instant, Chihara est dépourvue d’intelligence artificielle. Elle répond à une pré-programmation et ses technologies sont encore relativement limitées. Toshiba espère que d’ici 2020, l’année des Jeux Olympiques d’Été de Tokyo, les performances du robot auront suffisamment évolué afin qu’il puisse accueillir et guider les visiteurs étrangers. Un autre projet d’application consiste à l’utiliser dans les foyers japonais des personnes âgées.

Rappelons que le 1er juillet 2014 i-RooBO Network Forum a été dévoilé au public. Le consortium réunit plus de 300 sociétés japonaises de robotique et des nouvelles technologies informatiques. En plus d’entreprises mondialement connues, des start ups s’ajoutent à sa composition. Le projet consiste en une centaine d’androïdes dont l’exploitation résoudrait la problématique relative au vieillissement de la population du Japon.

Sources : The Japan Times, Humanoïdes

Discussions

10 Réponses

  1. Eduardo Pereira
    Eduardo Pereira

    Je suis pas rassuré par l’avancé de la robotique personnellement. Certes, c’est chouette de voir à quel point la technologie a évolué, et à quel point cet androïde à l’air réaliste, mais je me vois mal en avoir un chez moi, ou même communiqué avec eux… A mon sens ce n’est pas une bonne idée, on se déshumanise de plus en plus. Je dis pas qu’on est au stade de I, Robot mais quand même…

    • Morgane Msl

      Je suis exactement du même avis. Je conçois que ça permet(tra) de traiter plus efficacement des maladies, favoriser le quotidien des personnes handicapées etc. mais son objectif de  » faciliter  » la vie à tout un chacun me laisse perplexe. Je crains que l’on devienne littéralement des  » assistés « … Que ferons-nous quand les robots pourront remplir toutes nos tâches ? Nos activités quotidiennes, justement, nous caractérisent (au même titre que nos sentiments) en tant qu’être humain. L’Homme est dynamique, l’Homme agit et réfléchit, il a besoin de tout cela pour évoluer, pour s’épanouir. Oui, on râle de nos responsabilités etc. etc., mais quand bien même, sans ça, nous ne sommes pas grand chose et nous n’évoluons pas.

      Le stade I Robot, pas tout-à-fait mais presque (dans une toute autre dimension : http://vimeo.com/46304267)

      • Chiryo

        Sur ce point là je te rassure on est déjà un pays d’assisté où beaucoup en profitent sur le dos des autres, pas besoin de robots pour ça.

        Mais je suis d’accord, on se dirige de plus en plus vers une déshumanisation et un côté antisocial (facebook, internet à forte dose…)

        Après faut voir que les robots font parti du quotidien japonais, ils adorent tandis qu’en Europe on est plus perplexe.

        Ca me fait penser au film Clones avec Bruce Willis, on en est encore loin mais si c’est notre futur dans plus d’un siècle ca fait peur.

        Tant que ca finit pas en Terminator 😀

      • Al

        Que ferons nous lorsque les robots rempliront toutes nos tâches ? On s’épanouira enfin en tant qu’être humain.

      • Morgane Msl

        Je suppose que cela dépend du point de vue… J’ai du mal à concevoir une vie sans contrainte, à la longue du moins. Périodiquement pourquoi pas, mais constamment, on perdrait un peu le goût du repos, des choses bien faîtes etc. Après, c’est aussi selon les tâches dont on parle (certaines étant plus ingrates que d’autres, j’en conviens). 🙂

      • Morgane Msl

        Pour ma part, si je parle de déshumanisation c’est surtout par rapport à la robotique elle-même; pas forcément la création d’androïde. Les nanopuces, la  » réalité augmentée « , le perfectionnement  » assisté  » de nos 5 sens etc. on entre dans une ère où l’être humain pourra être plus que ce que la nature le lui a permis jusque là. Transcender notre condition, établir une nouvelle normalisation… technologique. On évolue, oui, mais vers quelque chose qui nous dénaturalisera peut-être.

  2. Bluebird

    Et bien moi je trouve tout ça fascinant! Arrêtons d’avoir peur tout le temps du futur.
    Si dans un futur (plus ou moins éloigné on est d’accord) les robots agissent comme les humains, s’ils pensent, ont des sentiments etc.. et bien cela voudra dire qu’il y aura une autre forme d’humanité, et je trouve ça fantastique!
    J’espère juste qu’avant les robots, il y aura les voitures volantes.
    Allons vers le futur 😀

Laisser un commentaire