Le ministère japonais des Transports a estimé mardi que Mitsubishi Motors aurait dû mener plus rapidement ses rappels, à la suite d’une série de problèmes sur des voitures observés au cours des dernières années par le constructeur.

 

Le ministère, qui enquêtait sur Mitsubishi depuis décembre, a conclu que le constructeur avait différé pendant deux ans ses investigations sur la cause d’une fuite d’huile qui a provoqué entre 2010 et 2012 le rappel de 1,76 million de véhicules, dont des modèles Minica et Minicab.

« Il est clairement apparu que Mitsubishi avait des problèmes à tous les niveaux, en ce qui concerne ses rappels de véhicules », a dit un responsable du ministère des Transports. « Le groupe doit élaborer des améliorations, les mettre en oeuvre, et en faire état auprès du ministère. »

Le constructeur japonais a par ailleurs rappelé mardi 3.839 SUV hybrides Outlander en raison d’un problème rencontré par le logiciel qui contrôle les moteurs des roues avant et arrière, et de problèmes potentiels dans le générateur du véhicule.

Discussions

Laisser un commentaire