Le Japon a annoncé une révision de ses manuels scolaires afin d’affirmer plus clairement ses revendications sur deux archipels, au coeur de contentieux territoriaux avec la Chine et la Corée du Sud.

 

Cette initiative a suscité la colère du gouvernement sud-coréen, qui a convoqué l’ambassadeur du Japon à Séoul pour une protestation officielle.

Le Japon a annexé la péninsule coréenne en 1910, et envahi une partie de la Chine dans les années 1930, deux territoires qu’il a occupés jusqu’à la fin de la seconde Guerre mondiale. Ce passé continue de nourrir les tensions entre Tokyo et ses voisins.

Le Premier ministre conservateur Shinzo Abe a exprimé son intention de réécrire les manuels scolaires pour proposer une vision de l’histoire contemporaine du pays moins propice à la repentance.

Le ministre de l’Education a annoncé mardi cette révision des manuels scolaires afin d’enseigner « correctement » l’histoire du Japon. « Il est extrêmement important que les enfants qui porteront notre avenir puissent appréhender correctement notre territoire », a justifié Hakubun Shimomura lors d’une conférence de presse.

 

« Takeshima » ou « Dokdo »

 

Il a précisé que, dans leur nouvelle version, ces manuels établiraient clairement qu’un archipel contrôlé par la Corée du Sud mais revendiqué par les deux pays (appelé Takeshima à Tokyo, Dokdo à Séoul), fait partie intégrante du territoire nippon.

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a vivement réagi: « Notre gouvernement condamne fermement (cette initiative) et demande au Japon d’y renoncer immédiatement. »

Les nouveaux manuels contiendront aussi une référence aux îles Senkaku, nommées Daioyu en Chine, pour réaffirmer la position selon laquelle leur appartenance au territoire japonais est incontestable.

 

 

Source: ATS

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité quotidienne du Japon

Discussions

Laisser un commentaire