Le Premier ministre Shinzo Abe avait appelé jeudi son homologue algérien pour protester et lui demander l’arrêt immédiat de cette action.

 

L’ambassadeur d’Algérie à Tokyo, Sid Ali Ketrandjé, a été convoqué vendredi au ministère japonais des Affaires étrangères et doit être reçu par un vice-ministre à propos de la prise d’otages, dont des Japonais, sur un site gazier en Algérie, où l’armée est intervenue par la force, a annoncé un responsable de la diplomatie nippone.

Après l’assaut lancé jeudi par l’armée algérienne, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a appelé depuis Bangkok son homologue algérien Abdelmalek Sellal pour protester et lui demander l’arrêt immédiat de cette action.

En raison de cette crise, le Premier ministre a décidé vendredi d’abréger sa tournée en Asie en l’absence d’informations fiables sur le sort de 14 Japonais toujours portés manquants et de rentrer samedi matin à Tokyo, au lieu de samedi soir comme prévu initialement.

« Il va annuler une partie de son programme en Indonésie, dont un discours politique et un dîner avec le président (Susilo Bambang Yudhoyono), pour être à Tokyo samedi à l’aube », a déclaré un responsable.

Le gouvernement algérien n’a fourni aucun bilan, se contentant de faire état d’un « nombre important d’otages libérés et malheureusement quelques morts et blessés ».

Discussions

Laisser un commentaire