La Corée du Sud s’oppose aux efforts du Japon pour qu’un ensemble d’installations industrielles du 19ème siècle et du début du 20ème soit inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Le ministre sud-coréen des Affaires étrangères Yun Byung-se a rencontré la directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova mardi à Séoul.

M. Yun a déclaré que ces installations industrielles vont à l’encontre de l’esprit d’un site du Patrimoine mondial en raison de leur triste histoire. Selon lui, des Coréens avaient été forcés de travailler dans ces usines.

Ces 23 sites incarnent le développement de la révolution industrielle du Japon, lors de l’ère Meiji. Ils sont situés dans huit préfectures, principalement dans le sud-ouest de l’Archipel. Parmi ceux-ci, mentionnons l’ancienne aciérie d’Etat Yawata de la préfecture de Fukuoka.

Mme Bokova a répondu que l’inscription d’un site sur la liste du Patrimoine mondial devrait contribuer à promouvoir l’intégration parmi les nations et non à les diviser ou à causer des frictions.

La présidente de Corée du Sud, Park Geun-hye, a également rencontré la responsable de l’UNESCO mardi. Elle a exhorté Mme Bokova à inscrire la tradition des femmes plongeuses de l’île Jeju sur la liste du patrimoine culturel immatériel.

 

 

Source: NHK

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité quotidienne du Japon

Discussions

Laisser un commentaire