Avoir des relations sexuelles avec un client « ne porte pas atteinte à la vie conjugale », a déclaré un juge en rejetant la demande d’indemnisation d’une femme attaquant une hôtesse de bar qui aurait couché avec son mari.

 

Le juge Masamitsu Shiseki de la Cour de Tokyo a jugé que l’hôtesse a couché avec le mari afin de fidéliser son client. Cette conduite étant équivalente à de la prostitution, celle-ci ne nuit pas directement à leur mariage.

La femme, mariée à un PDG, avait exigé ¥ 4.000.000 (~29 000€) de compensation, mais le juge a rejeté sa demande dans un procès débuté en avril 2014. Celle-ci n’ayant pas fait appel, la décision est donc finale.

La femme a revendiqué que l’hôtesse avait couché plusieurs fois avec son mari en sept ans, lui causant une « détresse émotionnelle. »

« L’hôtesse a eu des relations sexuelles avec son client seulement dans le cadre d’un travail, comme dans un cas de prostitution, et une telle conduite ne peut pas endommager la vie conjugale », a indiqué le juge.

« Même si la femme est dégoûté par la loi, cela ne constitue pas une infraction », a statué Shiseki.

Le juge a ajouté qu’il s’agit d’un « fait connu de tous » que de nombreuses hôtesses ont des rapports sexuels avec leurs clients afin de les conserver.

« Les clients paient indirectement une compensation pour les services sexuels qu’ils auront lorsqu’ils visitent un bar à hôtesses » a-t-il dit. « La seule différence (entre avoir des relations sexuelles à des fins commerciales et la prostitution) est le paiement qui est dans un cas effectué directement et dans l’autre indirectement » a ajouté Shiseki.

La plaignante a fait valoir que le comportement de l’hôtesse constituait un acte d’adultère, tandis que le défendeur a nié avoir eu des relations sexuelles avec son client, selon Katsuyuki Aoshima, l’avocat représentant la femme.

Aoshima a déclaré que la décision prise était injuste, car Shiseki a jugé le conflit du point de vue de s’il était licite ou illicite de dormir avec des clients à des fins commerciales. « Ni la plaignante ni le défendeur en ont parlé » a-t-il dit.

Hayato Tamura, avocat expérimenté dans les divorces et l’adultère a indiqué qu’il était habituel dans de tels affaires que le mari et son partenaire extraconjugale soient tenus responsables et paient conjointement une compensation à la femme lorsqu’ils sont mariés.

« Cette décision n’est pas en phase avec les décisions de justice passées de cas impliquant une liaison extraconjugale et s’éloigne grandement des normes socialement acceptées », a déclaré l’avocat.

 

Source : Asahi

Discussions

8 Réponses

  1. Starraver

    Effectivement d’un point de vue strictement licite une relation sexuel dans un cadre « professionnel » ne remet pas en cause le contrat de mariage (sauf cas exceptionnel).
    Pas sur ,par contre, que Mme.Sato voie les choses de la même façon…

    • bluebird

      Je comprends pas pourquoi sous prétexte que ce soit « commercial » Il n’y a pas de problème.
      Lorsque l’on couche avec quelqu’un d’autre que sa femme, c’est de l’adultère. Peu importe la ou les raisons.

      Enfin bref, on en revient toujours à la même chose. Elles sont vraiment mal fichues ces lois!

  2. Véro

    Alors, si je comprend bien, la femme trompée porte plainte contre l’hôtesse qui couche avec son mari. Donc, sa détresse est causée par l’hôtesse qui ne fait que son « travail », alors que c’est son mari qui a signé et qui lui doit, normalement, fidélité ! l’hôtesse n’a aucun compte a rendre à cette femme humiliée par son mari, qui la trompe avec des hôtesses. Par conséquent, La femme blessée s’est trompée de responsable, elle aurait dû porter plainte contre son mari qui n’a pas respecté les clauses du contrat de mariage qu’il a signé avec elle.

  3. Rosato Evelyne

    Je trouve regretable qu’un adultère ne soit pas considéré comme une trahison pour cette épouse sous prétexte que l’hôtesse l’ai fait pour fidéliser un client.
    Si c’est un bar de prostituée OK.
    C’est juste le type qui est en faute vis à vis de son épouse.
    Si le contrat de l’hôtesse ne stipule pas cet état de faits. Elle a une façon vénale de ce vendre. elle est en tord.
    Dans tous les cas vu le nombre de personne qui sont délateurs aussi pour augmenter leurs fins de mois ils ont intérêt à être discrets.
    Mais vraiment c’est n’importe quoi! La pauvre épouse il est normal qu’elle soit choquée mais en fait elle veut juste du fric elle aussi.
    Baaaa ils sont zarbi ces japonais.

    • bluebird

      Ceci dit quand on se sent trahi, les sous permettent d’étancher son chagrin.
      Et puis bon, au final les divorces, à chaque fois tu te bagarre pour récupérer le plus de sous possible.

    • bluebird

      Lorsqu’il y a mariage, il y a contrat, quand le contrat n’est pas respecté, il est normal de faire appel à des avocats, et si les deux parties ne trouvent pas un compromis, la justice s’en chargera.
      C’est comme ça partout.

Laisser un commentaire