Tenant du titre, Roger Federer a été éliminé dès les 8es de finale du Masters 1000 de Madrid. Le Suisse, tout juste remis d’une blessure au dos, s’est fait sortir par le Japonais Kei Nishikori en trois manches (6-4, 1-6, 6-2) et en 1h34 de jeu. Dès lundi, Federer devrait perdre sa place de N.2 mondial au classement ATP.

 

Décidément, le Masters 1000 de Madrid est une terre de séismes. L’édition 2013 en avait connu un premier lundi, avec l’élimination de Novak Djokovic.

Elle en a vécu un second jeudi, en perdant précipitamment son tenant du titre : Roger Federer a été éliminé dès les 8es de finale. Le Suisse s’est fait sortir par le Japonais Kei Nishikori en trois manches (6-4, 1-6, 6-2) et en 1h34 de jeu.

A sa décharge, il était tout juste remis d’une blessure au dos. Mais cette défaite lui coûte cher. Lundi, lorsque le prochain classement ATP sortira, Federer devrait céder sa place de N.2 mondial à Andy Murray.

A Madrid, où il s’est imposé en 2006, 2009 et 2012, Federer faisait son retour à la compétition, après une pause de sept semaines depuis son élimination en quart de finale à Indian Wells.

Le Suisse connaît un début de saison bien difficile, puisqu’il n’a encore joué la moindre finale en cinq tournois. Il est le seul membre du Top 10 avec le Tchèque Tomas Berdych à ne pas encore avoir remporté le moindre tournoi.

 

Nishikori : « C’était l’un des objectifs de ma carrière »

 

Nishikori, 23 ans, vainqueur cette année à Memphis, signe quant à lui sa plus belle victoire de sa carrière. « C’est mon idole. Le battre, c’était l’un des objectifs de ma carrière », s’est-il réjoui après la match.

« Ca arrive sur terre battue et c’est fantastique. Ce n’est pas ma surface favorite vous savez. Je ne m’y attendais pas. Gagner 6-2 dans le troisième set, ce n’est pas évident contre lui. J’étais un peu tendu évidemment, mais il n’a pas passé beaucoup de premiers services dans le troisième set et j’ai pu attaquer sa deuxième balle. Je suis très content de la manière dont j’ai joué. »

Nishikori appartient à la même génération que Dimitrov, qui commence donc à affirmer ses prétentions à prendre un jour le pouvoir.

Le Japonais, dont le meilleur résultat est un quart de finale à l’Open d’Australie en 2012, a globalement dominé un Federer un peu lent et pas au mieux de sa forme.

Hormis au second set, le Suisse a accumulé les erreurs inhabituelles pour lui et s’est montré dans l’ensemble très irrégulier. Une irrégularité qui l’envoie au tapis. Et qui va le faire rétrograder dans la hiérarchie mondiale.

Discussions

Laisser un commentaire