Ancien entraîneur de l’équipe d’Australie durant six années, Robbie Deans s’est engagé avec le club champion du Japon, les Panasonic Wild Knights, à partir du 1er mai.

 

Après avoir été adjoint chez les All Blacks, puis dirigé les Canterbury Crusaders à trois titres en Super-12 et un en Super-14, à 54 ans, il donne à sa carrière une nouvelle orientation.

Une carrière ne tient qu’à un fil. A l’issue de la Coupe du monde 2007, Robbie Deans pensait bien avoir gagné les galons pour diriger les All Blacks. L’élimination en quarts de finale par la France avait rendu la position de Graham Henry très inconfortable, à la tête de la sélection de Nouvelle-Zélande.

De son côté, Deans, ancien adjoint de John Mitchell en sélection (2001-2003), dirigeait les Canterbury Crusaders, avec lesquels il avait conquis quatre titres (3 du Super-12, 1 en Super-14).

Sa candidature semblait s’imposer, mais finalement, les dirigeants néo-zélandais ont conservé Henry, qui a, quatre ans plus tard, décroché une deuxième Coupe du monde à domicile, contre la France en finale.

Du coup, Robbie Deans avait pris la direction de l’Australie, non sans avoir été couronné une dernière fois avec les Crusaders pour détenir le plus beau palmarès en club.

Premier entraîneur non-australien à prendre les commandes des Wallabies, il a d’abord séduit, avant de peu à peu décevoir, tombant contre les Irlandais en poule lors de la Coupe du monde 2011 avant de s’incliner contre les All Blacks en demies, pour finir finalement 3e.

La série de trois-tests matches perdue (2-1) contre les Lions britanniques et irlandais scelle son sort: sous la pression, il quitte la sélection. Et le voilà qui rebondit au Japon.

Selon le porte-parole du club japonais Seigo Ikeda, Robbie Deans apportait déjà son aide aux Wild Knights depuis dix ans: « Il nous a prodigué des conseils chaque année ».

 

Source: Francetvsport

Discussions

Laisser un commentaire