Le fabricant japonais de semi-conducteurs Renesas Electronics, récemment secouru par un fond public, a annoncé jeudi préparer un plan de départs volontaires portant sur 3.000 à 4.000 personnes au Japon, énième étape de son lent processus de redressement.

 

Renesas a expliqué aux syndicats son intention d’inviter les 40 ans et plus travaillant dans la maison-mère ou l’une de ses filiales au Japon à abandonner leurs fonctions le 30 septembre, moyennant une prime de départ.

Répondant à la demande des nouveaux pourvoyeurs de fonds de Renesas, ce plan a pour but une réduction d’effectifs de plus de 3.000 postes.

Ils s’ajouteront aux 7.446 partis de la même façon en octobre l’année dernière, dans le cadre d’une réduction du nombre d’usines et d’une réorganisation des activités.

Ce nouvel appel aux départs est motivé par la volonté de l’entreprise de réduire ses coûts structurels à cause d’un chiffre d’affaires malmené par la conjoncture internationale et la concurrence.

Renesas est récemment passé sous la coupe d’un fonds semi-étatique et plusieurs sociétés clientes, censés l’aider à se relever d’une période difficile, qui a vu s’enchaîner la crise financière internationale, la hausse du yen, le séisme doublé d’un tsunami dévastateur dans le nord-est du Japon et une demande instable.

Discussions

Laisser un commentaire