Le ministre de la Justice Keishu Tanaka, qui a quitté son poste, était aussi le ministre en charge de la question des enlèvements.

Le ministre en charge du dossier des enlèvements a changé 6 fois durant les 3 dernières années, depuis que le parti démocrate est au pouvoir. Les familles des personnes kidnappées expriment leur désespoir, se demandant si le problème pourra être résolu sous peu avec un ministre en charge remplacé si fréquemment.

Teruaki Masumoto, le frère cadet de Rumiko Masumoto, une des personnes enlevées, a déclaré qu’au vu de changements de ministres en charge si fréquents, il ne peut s’empêcher de penser que l’administration actuelle ne prend pas la question des enlèvements au sérieux. Il a affirmé que cette année marquait une décennie depuis que la Corée du Nord a reconnu les enlèvements de citoyens japonais, et que les familles des victimes étaient en colère parce qu’elles considéraient cette année comme cruciale pour la résolution du problème.
Il a ajouté que qui que soit le prochain ministre en charge, ils ne peuvent dorénavant plus se fier à de simples paroles.

Discussions

Laisser un commentaire