Pékin a vivement réagi à la publication d’une tribune signée du ministre japonais des Affaires étrangères Koichiro Gemba dans le quotidien International Herald Tribune. Le texte portait sur les Senkaku, îles de la mer de Chine orientale.

 

Titrée « les relations sino-japonaises à un carrefour », la tribune est parue dans l’édition de mercredi du quotidien. M. Gemba se demande si la Chine ne cherche pas à renier l’ordre international établi après la Deuxième Guerre mondiale. Pour lui, Pékin considère le Traité de paix de San Francisco de 1951 comme illégal et nul. Or ce document précise que les Senkaku sont un territoire japonais.

En conférence de presse jeudi, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a qualifié les positions de M. Gemba de fausses et irresponsables.

Elle a rappelé la position de son pays, à savoir que Tokyo a volé les îles il y a plus d’un siècle pendant la guerre sino-japonaise. D’après elle, le contrôle effectif du Japon sur ces îles est illégal, nul et totalement inacceptable. Mme Hua a néanmoins émis l’espoir que le nouvel ambassadeur du Japon s’efforcera de résoudre les problèmes bilatéraux.

Discussions

Laisser un commentaire