Le gérant de la première galerie marchande en ligne japonaise, Rakuten, a fait état mardi d’importants bénéfices au terme des 9 premiers mois de son exercice, grâce à une augmentation de ses revenus tirés de ses services au Japon et à son expansion internationale.

 

De janvier à septembre, Rakuten a dégagé un bénéfice net de 28,99 milliards de yens (290 millions d’euros), contre une perte de 19 milliards un an plus tôt en raison de la restructuration d’activités de cartes de crédit.

Son bénéfice d’exploitation a dans le même temps progressé de 11,4% sur un an à 53,82 milliards de yens (538 millions d’euros), pour un chiffre d’affaires en hausse de 14,5% à 309,63 milliards (3,1 milliards d’euros).

Rakuten, qui se rémunère sur les ventes réalisées par ses partenaires commerçants via sa galerie marchande Rakuten Ichiba, a engrangé de la sorte des revenus en augmentation de 15,2% au Japon.

De plus en plus de Nippons se convertissent au commerce en ligne pour leurs achats de la vie quotidienne, encouragés par des délais de livraison de plus en plus rapides (la plupart des achats sont livrés le jour-même ou le lendemain de la commande) et la possibilité de faire ses courses à partir de son téléphone portable.

 

A l’étranger, ses recettes ont été portées par les solides performances des filiales PriceMinister, Buy.com, et Rakuten Deutschland ainsi que par l’intégration dans les comptes consolidés de la société canadienne de livres numériques Kobo acquise l’an passé.

La division financière de Rakuten, qui offre des services bancaires, des moyens de paiement et une maison de courtage en ligne, a pour sa part totalisé des revenus en progression de 3,1% sur un an et un quasi doublement des profits opérationnels aidé par des enregistrements comptables exceptionnels.

Le groupe n’a pas fourni de prévisions pour l’ensemble de 2012, en raison des importantes modifications susceptibles d’intervenir dans son périmètre, puisque Rakuten s’est lancé dans une course aux acquisitions au Japon et à l’étranger. Il est également un des acteurs du courtage en ligne, un domaine où les gains et pertes sont relativement difficiles à prévoir.

Mardi, Rakuten a simultanément annoncé le rachat amiable d’Alpha Direct Services (ADS), un prestataire de services logistiques pour le commerce via internet et la vente à distance traditionnelle, afin d’améliorer ses services en France.

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.

 

Rakuten, qui contrôle en France le site marchand PriceMinister, poursuit ainsi sa conquête des marchés étrangers, en posant les jalons pour reproduire dans divers pays le schéma gagnant mis en place au Japon.

« Cette acquisition va permettre aux commerçant en ligne de proposer des livraisons dans la journée sur Paris et le lendemain ailleurs« , assure Rakuten soulignant l’importance de cette nouvelle étape pour la qualité de l’offre commerciale de PriceMinister.

« La rapidité des livraisons est cruciale pour le commerce en ligne« , insiste régulièrement le fondateur et patron de Rakuten, Hiroshi Mikitani.

Alpha Direct Services dit proposer « un service complet intégré depuis la prise de commande par courrier, téléphone ou internet jusqu’à la livraison chez les clients des commerçants avec lesquels il travaille, en gérant toute la chaîne d’informations, de finances et de marchandises.

Rakuten estime qu’ADS, détenue par son créateur Adrian Diaconu et le fonds FCDE, a un le potentiel pour croître non seulement en France mais également à travers l’Europe.

L’acquisition d’ADS est soumise à l’approbation des autorités françaises de la concurrence.

Discussions

Laisser un commentaire