Les directives de sûreté nucléaire mises à jour touchant les compagnies d’électricité nippones sont entrées en vigueur ce lundi. Quatre compagnies d’électricité cherchant à remettre en marche plusieurs de leurs réacteurs ont déposé le même jour une demande auprès de l’Autorité de régulation du nucléaire, l’ARN.

 

Les nouvelles directives obligeront légalement les opérateurs des centrales à prendre des mesures pour prévenir les accidents graves tels que celui qui s’était produit en 2011 à la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi.

Elles obligeront aussi les opérateurs à être prêts pour la venue de tsunamis plus importants et de séismes plus puissants que ceux mentionnés dans les règles actuelles.

Le fonctionnement de toutes les centrales nucléaires du Japon a été arrêté après l’accident de Fukushima, et seul un réacteur a été remis en marche depuis.

Quatre compagnies d’électricité ont déposé ce lundi une demande pour le redémarrage de 10 réacteurs dans cinq centrales.

Les centrales concernées sont celles de Tomari opérée par la Compagnie d’électricité de Hokkaido, d’Ohi et de Takahama appartenant à la Compagnie d’électricité du Kansai, d’Ikata opérée par la Compagnie d’électricité du Shikoku, et de Sendai opérée par la Compagnie d’électricité du Kyushu.

Des responsables de l’ARN estiment qu’il faudra au moins six mois pour examiner la demande pour chaque centrale.

Par ailleurs les compagnies d’électricité devront obtenir l’accord des communautés locales avant de redémarrer leurs réacteurs.

 

Teneur des nouvelles directives japonaises de sûreté nucléaire

 

Les nouvelles directives de sûreté nucléaire sont les premières au Japon à obliger les compagnies d’électricité à se préparer à de graves accidents nucléaires.

Parmi ces mesures figurent la mise en place d’un centre de commandement d’urgence pouvant résister aux séismes et aux radiations, ainsi que l’installation de conduites d’évacuation munies de filtres pour les réacteurs à eau bouillante du même type que ceux de la centrale nucléaire Fukushima Dai-ichi victime de l’accident de 2011. Ces conduites sont conçues pour libérer la pression dans les enceintes de confinement, tout en limitant les émissions massives de substances radioactives.

Les opérateurs de centrales devront aussi avoir à leur disposition les moyens de refroidir le combustible nucléaire depuis l’extérieur des réacteurs en cas d’attaques terroristes depuis un avion.

L’Autorité japonaise de régulation du nucléaire souligne qu’avec l’adoption de ces directives, elle souhaite créer les normes de sécurité les plus strictes au monde en continuant à améliorer les directives en fonction des nécessités, même après leur entrée en vigueur.

 

 

 

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: NHK

Discussions

Laisser un commentaire