La chute brutale du yen a eu un impact énorme sur les jeunes patients japonais et leurs familles en attente de greffe, opérations effectuées le plus souvent aux États-Unis.

 

Kyoko Miwa, âgée de 12 ans et originaire de Matsudo, située dans la préfecture de Chiba, souffre d’une Cardiomyopathie hypertrophique, une maladie qui aboutit à une mauvaise circulation sanguine due à une fonction diminuée de la capacité de pompage du cœur. Elle fait partie des nombreux enfants en attente d’une greffe.

Elle a célébré son anniversaire le 18 décembre à l’Hôpital Universitaire Médical pour Femmes de Tokyo. Bien que Kyoko était de bonne humeur ce jour-là, son père Shinpei l’était un peu moins : « J’espérais qu’elle soit déjà opérée pour son anniversaire. »

Kyoko a déjà bénéficié de la greffe d’un dispositif d’assistance ventriculaire en septembre, mais elle a contracté un infarctus cérébral, dû à une formation de caillots sanguins. Comme elle fait face à des risques d’infection, Kyoko est prioritaire sur les listes d’attente mais il est difficile au Japon de trouver un donneur.

Les amis des parents de Kyoko ont commencé à la mi-octobre une campagne de récolte de fond, avec pour objectif 170 millions de yens (1,17 million d’euros), en prenant en compte le voyage ainsi que les frais d’hébergement et en supposant que l’opération coûte 1 million de dollars américains. Le taux de change était à l’époque d’un dollar pour 108 yens.

Suite à la décision de la Banque du Japon d’effectuer un assouplissement monétaire supplémentaire à la fin du mois d’octobre, le yen a cependant baissé aux alentours de 120 yens par dollar américain. L’augmentation du coût de l’opération est devenue une préoccupation sérieuse pour les familles de patients qui attendent des greffes d’organes aux États-Unis.

Le prix des greffes d’organe aux États-Unis était en augmentation bien avant la dépréciation radicale du yen. Selon le Centre National du Développement et de la Santé de l’Enfant, la concentration de patients aux États-Unis est une des causes principales de l’augmentation des coûts d’opération car le pays continue d’accueillir des patients venus de l’étranger, malgré l’adoption en 2008 de la Déclaration d’Istanbul sur les établissements humains, encourageant les greffes d’organe pour les locaux.

Un enfant de 13 ans, originaire de la Préfecture d’Okinawa, qui s’est envolé pour les États-Unis au début du mois et qui attend toujours une greffe explique qu’il s’inquiète que son séjour se prolonge. Un groupe de collecte de fonds pour un autre garçon de la Préfecture d’Aichi dit qu’il sera peut être nécessaire de demander des fonds supplémentaires.

La famille Miwa a été informée par l’hôpital, qui prévoit de réaliser l’opération de Kyoko, que le coût serait de 1,5 millions de dollars. Il aurait dû être autour de 160 millions de yens (1,1 millions d’euros), mais en conséquence du yen faible, il coûte désormais environ 180 millions de yens (1,23 millions d’euros).

Le groupe de soutien de Kyoko a augmenté l’objectif de donation à 230 millions de yens (1,58 millions d’euros) le 15 décembre, sans compter les dépenses liées au voyage et à l’hébergement.

En exprimant sa gratitude pour les donations que le groupe a reçu, Shin Chubachi, 43 ans, le président du groupe de soutien de Kyoko, a indiqué que l’opération aurait pu être effectuée avec le montant initialement récolté avant la chute du yen, mais que l’augmentation du coût des greffes d’organe, en plus du yen faible, avait rendu la situation difficile. « Kyoko n’a plus de temps à perdre, » ajoute Chubachi.

Edit : A noter que Kyoko a reçu un beau cadeau de noël en atteignant, le 25 décembre, l’objectif avec 250,7 millions de yens récoltés. La famille prépare actuellement son voyage pour les États-Unis. Espérons que les autres familles seront aussi chanceuses.

 

Site web pour soutenir Kyoko : http://kyoko-chan.jp/

 

Source : mainichi.jp

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire