Au Japon, un fonctionnaire de la préfecture d’Okinawa en charge des questions concernant les bases américaines a demandé à l’armée américaine de confirmer que ses soldats observaient bien le couvre-feu.

 

Il avait été imposé le mois dernier suite à une agression commise par des soldats américains.

Ken Kohagura s’est rendu dans une base américaine locale et au consulat général des Etats-Unis de Naha lundi pour y déposer une protestation après l’arrestation la veille d’un Marine suspecté d’avoir enfreint le couvre-feu.

Un officier en charge des questions politiques et internationales de Camp Zukeran a présenté ses excuses pour cette affaire.

Selon cet officier américain, les Marines vont coopérer avec la police pour s’assurer qu’un tel incident ne se reproduira plus.

M. Kohagura a qualifié ce dernier incident de regrettable et déclaré que les responsables d’Okinawa ne pouvaient pas faire confiance aux mesures de prévention prises par l’armée américaine.

Il y a un mois, l’armée américaine avait décrété un couvre-feu pour tous ses soldats au Japon entre 23 heures et 5 heures du matin. La mesure avait été imposée après l’arrestation de deux soldats suspectés d’avoir commis une agression sexuelle sur une Japonaise à Okinawa.

Discussions

Laisser un commentaire