Des chercheurs ambitionnent de perfectionner un robot au point de lui permettre de réussir les tests d’entrée de l’université de Tokyo, connue pour être l’une des meilleures d’Asie.

 

On connaît l’engouement des Japonais pour les nouvelles technologies. C’est donc sans grande surprise que l’on apprend leur dernier projet: des scientifiques veulent perfectionner un robot au point de lui permettre de réussir les tests d’entrée de l’université de Tokyo ,pourtant réputés très difficiles.

Le projet, intitulé Todai Robot ,est dirigé par les informaticiens de Fujitsu Labs en collaboration avec l’institut national informatique japonais. Également surnommé le projet «cerveau artificiel», il a débuté en 2011.

Récemment, les chercheurs ont testé les capacités du robot, et ont dévoilé les résultats de ces premiers tests cette semaine. Le robot a su répondre correctement à quatre des dix questions qui lui ont été proposées, toutes plus ou moins mathématiques, avec l’aide d’un humain pour le traitement du langage. Soit un score encourageant de 40 % de réussite à ce stade.

Les chercheurs espèrent que le robot obtiendra «des notes élevées» d’ici 2016, et réussira les tests d’entrée pour intégrer l’université en 2021. Ces tests comportent des épreuves de mathématiques, sciences physique et biologie, sciences humaines, langue japonaise et langue étrangère.

Dans un communiqué détaillant leur projet, les chercheurs expliquent les obstacles qu’il leur reste à surmonter. Le plus difficile devrait être le traitement du langage et l’analyse sémantique (pour les premiers tests, jusqu’à présent, un homme aidait le robot pour le langage).

La difficulté réside dans la conversion du langage courant en langage à même d’être informatiquement traité. Les chercheurs prévoient déjà d’élargir le vocabulaire connu du robot, afin d’étendre sa capacité de compréhension. Une fois ce problème résolu, c’est à la performance de calcul du robot que les chercheurs devront s’attaquer.

Comme le souligne le site de l’ambassade de France au Japon ,«l’entrée à l’université au Japon est sanctionnée par le passage d’un concours, difficile, dont le niveau varie suivant les établissements».

«Il est difficile de réussir ce concours sans une grande préparation» est-il par ailleurs précisé.

Beaucoup de jeunes japonais suivent en effet des cours du soir en plus de leur scolarité classique pour tenter d’entrer ensuite dans les meilleures universités du pays, dont l’université de Tokyo fait partie. Ils ont donc du souci à se faire face à cette nouvelle concurrence…

 

Source: Le figaro

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité du Japon

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire