Une enquête a révélé que des milliers d’écoliers évacués en 2011 suite à la catastrophe nucléaire provoquée par un tremblement de terre et un tsunami vont toujours à l’école loin de leurs domiciles dans la préfecture de Fukushima.

 

Un total de 15 281 étudiants a été déplacé, qu’ils viennent de la maternelle, l’école primaire, le collège, le lycée ou d’écoles spécialisées.

Dans le nombre, 9 767 suivent leur cursus scolaire en dehors de la préfecture contre 5 514 qui sont restés à l’intérieur.

Ce rapport du ministère de l’éducation, de la culture, des sports, des sciences et technologies a été réalisé en mai dernier.

Près de 130 000 personnes n’ont toujours pas retrouvé leur maison dans la préfecture de Fukushima. Un nombre croissant d’entre eux a choisi de se faire enregistrer comme résidents du lieu où ils habitent dorénavant par crainte des radiations.

Une femme de 42 ans, originaire de Koriyama explique sa décision d’emménager à Kyoto avec son fils qui est en seconde année à l’école primaire : « J’aimerais l’élever dans ma ville natale, mais je crains que les radiations affectent sa santé ».

D’après une enquête de la préfecture sur les personnes évacuées en janvier et février, 15% des 20 680 ménages se disent préoccupés par l’instruction et l’éducation des enfants.

Le chiffre dépasse les 20% parmi les évacués vivant en dehors de la préfecture.

Un point positif : un nombre croissant de lycéens a décroché un emploi dans la préfecture de Fukushima après avoir été diplômés.

Les autorités préfectorales annoncent que 81,6% des emplois proposés avant mars à la dernière promotion de diplômés provenaient d’entreprises de la préfecture. Ce chiffre n’a jamais été aussi élevé depuis que les autorités ont commencé à collecter ces données en 2008.

Tandis que ce chiffre peut être attribué à une augmentation du nombre d’emplois liés aux efforts de reconstruction certains pensent que cela illustre un changement de mentalité chez les étudiants.

« De plus en plus d’étudiants veulent venir travailler dans la préfecture de Fukushima » a ainsi déclaré un enseignant.

 

source : asahi shimbun

Discussions

Laisser un commentaire