Les sites web d’au moins 19 organismes du gouvernement et d’autres institutions du Japon ont été piratés depuis que les autorités japonaises ont racheté les îles Senkaku la semaine dernière.

L’agence de la Police nationale précise que les sites web de 8 organisations, dont celui de la Cour suprême, ont été modifiés. L’écran du site d’un établissement d’éducation de l’Institut de technologie de Tokyo a été remplacé par des drapeaux chinois samedi, tandis que les données personnelles de plus d’un millier d’individus qui souhaitaient participer à une rencontre à cet établissement ont été volées.

Du fait de ces cyberattaques, les usagers n’ont pas pu avoir accès aux sites de 11 autres organisations publiques, dont le ministère de la Défense, pendant parfois 15 heures.

L’agence de la Police établit un lien entre ces piratages informatiques et les récents appels, lancés en ligne en Chine, pour attaquer les sites du gouvernement et d’autres organismes au Japon.

La police précise que plus de 4 mille internautes chinois ont posté des messages sur les principaux sites de piratage et les forums de discussion, conviant les utilisateurs à lancer des cyberattaques contre le Japon.

 

Source: NHK

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire