Pour se venger de son patron, un ouvrier d’une fabrique de raviolis chinois avait injecté de l’insecticide dans certains lots. Des Japonais et des Chinois avaient été intoxiqués. L’homme a été condamné lundi à la prison à vie.

 

La vengeance est un plat qui se mange froid, même quand il s’agit de raviolis chinois, les fameux gyosas. Un ouvrier chinois, qui avait empoisonné des raviolis à l’insecticide, pour se venger de son patron a été condamné lundi à la prison à vie, ont rapporté les médias officiels. Il avait intoxiqué treize personnes au Japon et en Chine.

L’affaire survenue peu avant les Jeux olympiques de Pékin, en 2008, avait tendu les relations déjà délicates entre les deux pays. Les Japonais s’étaient alarmés des problèmes récurrents de sécurité alimentaire en Chine.

Neuf personnes étaient tombées malades au Japon, dont une fillette gravement, et quatre en Chine, selon l’agence Chine nouvelle. Les médias nippons ont fait état d’au moins dix consommateurs intoxiqués après avoir ingéré des raviolis surgelés, appelés gyozas.

 

Excuses présentées

 

L’accusé a été condamné par un tribunal de Shijiazhuang (nord) pour « ajout de substances dangereuses ». Arrêté en 2010, il a reconnu son crime et présenté des excuses aux victimes lors de son procès qui s’est tenu l’an dernier, selon Chine nouvelle.

L’accusation a souligné que l’empoisonnement des raviolis avait engendré des pertes financières importantes pour l’entreprise après que le Japon a retiré les gyozas de la vente.

La réputation des produits « made in China » a été gravement ternie ces dernières années par une série de scandales de sécurité alimentaire.

En 2008, six enfants chinois étaient morts et 300’000 étaient tombés malades après qu’une société locale, partiellement détenue par Fonterra, a distribué du lait frelaté à la mélamine.

 

 

Source: ATS

Nipponconnection.fr – Retrouvez l’actualité quotidienne du Japon

Discussions

Laisser un commentaire