A Pékin, la police annonce qu’elle ne portera pas d’accusation criminelle contre deux hommes qui ont été arrêtés pour avoir arraché un drapeau se trouvant sur la voiture officielle de l’ambassadeur japonais la semaine dernière.

Selon certains analystes politiques, les autorités chinoises veulent mettre un terme à cette affaire et éviter d’autres tensions diplomatiques.

Un haut responsable du Bureau de la sécurité publique à Pékin a informé l’ambassade japonaise de ce développement mardi.

La police chinoise a arrêté deux hommes de 23 et de 25 ans et les a détenus pendant cinq jours selon la Loi de contrôle de la sécurité publique. Un troisième homme, qui conduisait le deuxième véhicule, a reçu un avertissement.

Ces individus se sont servis de leurs véhicules pour bloquer la voiture transportant l’ambassadeur du Japon, Uichiro Niwa. Ils ont ensuite arraché le drapeau japonais qui était sur le capot de la voiture, avant de prendre la fuite.

Les autorités disent que ces individus étaient mécontents de l’état des relations actuelles avec le Japon et ont été pris de colère à la vue du drapeau japonais.

Le gouvernement chinois a annoncé sa décision près d’une semaine après l’incident. Des analystes estiment que Pékin veut éviter d’autres tensions avec Tokyo, tout en limitant les critiques de son public. Les deux hommes devraient être libérés ce mercredi.

 

Réaction japonaise

Le porte-parole du gouvernement japonais déclare que la Chine a réglé rapidement l’incident du drapeau à la demande du Japon.

Selon Osamu Fujimura, arracher le drapeau, qui est un symbole de la dignité du Japon, est un geste qui ne saurait être toléré, pour quelques raisons que ce soit.

Il affirme que le gouvernement japonais a protesté énergiquement suite à cet incident, et a exigé que Pékin prenne des mesures appropriées selon les lois chinoises.

M. Fujimura dit espérer que la détention des individus impliqués dans l’affaire du drapeau évitera qu’un tel incident ne se reproduise.

 

Source: NHK

Discussions

Laisser un commentaire