L’action du groupe japonais Panasonic chutait inexorablement, jeudi 1er novembre à la Bourse de Tokyo, au lendemain de l’annonce de pertes massives. Mercredi, Panasonic avait stupéfié la communauté des affaires en annonçant une prévision de perte nette de 765 milliards de yens (7,6 milliards d’euros) pour l’exercice en cours (avril 2012-mars 2013).

 

Cette somme colossale serait très proche de la perte historique subie l’année passée (772 milliards de yens) dans un contexte rendu exceptionnel par les conséquences du séisme au Japon. Mais cette année, aucun événement imprévu de cette ampleur n’est venu perturber les plans du fabricant, qui avait promis de revenir dans le vert avec un bénéfice net de 50 milliards de yens.

Au final, il ne distribuera aucun dividende à ses actionnaires pour la première fois depuis 1950. Il s’attend à une chute de 7 % de son chiffre d’affaires annuel mais, en s’appuyant sur ses efforts de réductions de coût, le groupe espère dégager un bénéfice d’exploitation annuel de 140 milliards de yens.

 

PERSPECTIVES « DRAMATIQUES »

 

Pour justifier ses pertes, Panasonic a évoqué d’énormes dépenses de restructuration dans sa production d’écrans à cristaux liquides (LCD) et de semi-conducteurs, et des dépréciations d’actifs dans des domaines où il a lourdement investi, comme les panneaux solaires, les batteries à lithium-ion et les téléphones mobiles.

Le groupe a aussi dû effacer dans ses comptes d’importants crédits d’impôts permis par ses pertes précédentes. Ses déficits étant tenaces, sa capacité à rembourser ces sommes a disparu et ces actifs ont été retirés de son bilan.

Au-delà des charges de restructuration et de comptabilité fiscale, Panasonic a reconnu que les perspectives de l’électronique grand public étaient pour lui « dramatiques », avec un marché européen bloqué par la crise d’endettement, une activité ralentie partout ailleurs et un repli supplémentaire des ventes en Chine à cause d’un conflit diplomatique sino-nippon.

Il dit également souffrir du yen fort et d’une compétition redoutable, exercée notamment par les groupes sud-coréens et taïwanais, qui entraîne une chute des prix des téléviseurs et d’autres produits électroniques.

 

 

 

Discussions

Laisser un commentaire