Lors d’une conférence, Akie Abe, la femme du premier ministre pronucléaire Shinzo Abe, a appelé son mari à préférer les énergies renouvelables au nucléaire « made in Japan ».

 

«Je suis antinucléaire», a déclaré Akie, la femme du premier ministre japonais, Shinzo Abe, lors d’un discours tenu à huis clos jeudi dernier et ensuite mis en ligne par les organisateurs, une ONG de soutien aux communautés agricoles.

Une déclaration qui aurait peut-être moins fait jaser si celle-ci n’avait pas ajouté qu’elle n’aimait pas l’idée que son mari tente de vendre des technologies de centrales nucléaires. Selon elle, il ferait mieux de proposer de l’énergie propre.

«Je reconnais que le Japon possède des technologies de pointe (…) mais je pense que notre pays devrait consacrer une partie de l’argent dépensé pour le nucléaire à développer des énergies nouvelles et à les vendre à l’étranger», a-t-elle poursuivi.

 

Le Japon mise sur le nucléaire

 

Depuis qu’il est revenu au pouvoir en décembre dernier, Shinzo Abe a multiplié les voyages à l’étranger pour sécuriser et diversifier les sources d’approvisionnement du pays en énergie (gaz, pétrole), non sans promouvoir au passage le savoir-faire nucléaire nippon.

En février, le Japon a aussi proposé à l’Arabie saoudite d’entamer une coopération en vue d’y exporter des technologies nucléaires civiles.

Et le 3 mai, les premiers ministres turc et japonais ont signé à Ankara un accord intergouvernemental pour la construction, par un consortium franco-japonais, de la deuxième centrale nucléaire turque pour un montant de 22 milliards de dollars (plus de 16 milliards d’euros).

Le Japon a également signé un accord de coopération nucléaire avec les Émirats arabes unis, tandis que des discussions sont en cours avec l’Inde.

Sans oublier le récent voyage au Japon du président de la République, François Hollande, au cours duquel les deux pays ont enfin convenu de coopérer davantage pour promouvoir leurs technologies nucléaires dans le sillage du succès en Turquie.

Dans le même temps, le groupe français Areva a conclu des accords avec plusieurs firmes japonaises pour œuvrer conjointement à diverses étapes du cycle nucléaire.

Par ailleurs, le premier ministre ne fait pas mystère de son intention de redémarrer les réacteurs atomiques à l’arrêt au Japon depuis la catastrophe de Fukushima en mars 2011, une fois leur sûreté garantie par l’autorité indépendante ad hoc.

Extraterrestres venus de Vénus

 

Si c’est la première fois qu’Akie Abe fait entendre sa voix, ce n’est pas la première fois qu’une première dame japonaise fait parler d’elle.

Miyuki Hatoyama, épouse de l’ancien premier ministre Yukio Hatoyama (2009-2010), était connue pour son excentricité. Lors d’un passage à la télévision, elle avait affirmé avoir rencontré l’acteur Tom Cruise dans une vie antérieure et prétendu que son esprit avait été transporté sur Vénus en soucoupe volante.

Une autre ancienne première dame, Nobuko Kan, avait, quant à elle, publié un livre sur son mari, intitulé «Qu’est-ce qui va changer au juste au Japon après que tu sois devenu premier ministre?» Un livre dans lequel, celle que son mari surnomme «mon opposition à la maison» n’hésite pas à le désavouer.

«Même en tant que membre de sa famille, je ne peux pas lui donner une note passable pour son discours de politique générale, ou pour les sessions de questions au Parlement auxquelles il a participé depuis qu’il est devenu premier ministre», a-t-elle écrit dans ce livre confession.

 

Nipponconnection.fr –  Toute l’actualité quotidienne japonaise

Source: Le figaro

Discussions

Laisser un commentaire