Le conglomérat japonais Hitachi a indiqué lundi avoir bouclé l’achat du bâtisseur britannique de centrales atomiques Horizon Nuclear Power pour construire jusqu’à une demi-douzaine de réacteurs dans ce pays.

 

Cet achat, dont l’intention avait été annoncée le mois dernier, va permettre au groupe nippon d’accroître ses activités nucléaires à l’étranger, plus d’un an et demi après l’accident de Fukushima (nord-est du Japon) qui a bloqué le développement de l’industrie atomique dans l’archipel.

Hitachi a confirmé dans un communiqué avoir acheté Horizon Nuclear Power à ses deux actionnaires, E.ON et RWE, respectivement numéros un et deux allemands de l’énergie, pour 696 millions de livres sterling au total (860 millions d’euros).
« Cette acquisition achevée, Hitachi possède deux sites, à Wylfa dans la région d’Anglesey (Pays de Galles), et à Oldbury dans le Gloucestershire du Sud (sud-ouest de l’Angleterre). Horizon prévoit d’y construire deux centrales nucléaires comptant chacune deux ou trois réacteurs », a expliqué le conglomérat nippon.
Ce projet, qui représente un investissement de près de 15 milliards de livres, a été initié par E.ON et RWE, mais les géants allemands ont décidé de le céder après l’accident de Fukushima et la décision subséquente de l’Allemagne d’abandonner progressivement l’énergie nucléaire d’ici à 2022.

 

Hitachi a précisé qu’il allait démarrer des discussions avec les autorités britanniques de régulation pour pouvoir bâtir des unités de type réacteur à eau bouillante avancé (ABWR en anglais).
Il compte en parallèle réunir dès le début 2013 les fournisseurs nécessaires à la construction des centrales sur place.

 

Lors de l’annonce initiale du rachat fin octobre, le groupe nippon avait indiqué avoir déjà signé en ce sens des protocoles d’accord avec les firmes britanniques Babcock International et Rolls-Royce.
« Nous allons nous efforcer de constituer une entreprise de production d’électricité britannique puissante et d’encourager la création de milliers d’emplois très qualifiés dans le secteur énergétique britannique », a expliqué le directeur général de l’activité nucléaire chez Hitachi, Masaharu Hanyu.

 

Le groupe a indiqué en juin viser un doublement de ses revenus tirés de l’activité nucléaire d’ici à 2021, pariant notamment sur l’augmentation de la demande à l’étranger, malgré la catastrophe de Fukushima.
Au Japon, le marché est en effet bloqué depuis cet accident de mars 2011 qui a entraîné l’évacuation d’une centaine de milliers de personnes et la suspension de la quasi totalité des 50 réacteurs du pays.
Mais Hitachi juge prometteur son potentiel à l’échelle internationale, alors que le marché nucléaire britannique est devenu de facto un des principaux en Europe.

Discussions

Une réponse

Laisser un commentaire