L’opérateur japonais NTT Docomo vient de publier un rapport sur ses derniers tests de transmission de données sans fil à 10 Gbps.

 

Depuis décembre dernier, des expérimentations menées par l’opérateur NTT Docomo en collaboration avec la Tokyo Institute of Technology promettent d’envoyer des données en sans fil à partir d’une antenne-relais à une vitesse vertigineuse de 10 Gbps. Sur la bande de fréquences des 11 GHz, les chercheurs japonais ont exploité une largeur de bande de 400 MHz pour réussir ce test.

Détail du test de NTT Docomo avec la station mobile à gauche et la BTS à droite

Détail du test de NTT Docomo avec la station mobile à gauche et la BTS à droite

 

Le test en question a été réalisé grandeur nature avec d’un côté une antenne-relais composée de huit antennes de transmission et seize antennes pour la réception, à l’image du MIMO pour le WiFi qui combine également plusieurs antennes.

De l’autre côté, le mobile, qui n’est pas vraiment mobile, est installé dans un véhicule avec toute l’électronique nécessaire et le même nombre d’antennes posées sur le toit.

Ce véhicule roulant à une vitesse de 9 km/h permet d’ajouter une composante de déplacement dans le test.

La Docomobile et son équipement de tranmission, on est encore loin du téléphone portable...

La Docomobile et son équipement de tranmission, on est encore loin du téléphone portable…

Si le test est un succès pour NTT Docomo, celui-ci ajoute que l’utilisation des très hautes fréquences sera un véritable défi technique.

En effet, plus la fréquence utilisée est haute, moins elle couvre de distance et moins celle-ci peut traverser les obstacles comme les murs des immeubles.

Ce test reste tout de même prometteur puisque l’on pourra ensuite transmettre des données à très haut débit entre différents appareils en vue directe, c’est-à-dire sans gêne entre eux, pour donner un accès à Internet aux zones les plus difficiles d’accès.

On pourrait alors penser que cette technologie remplacera un jour le WiMax, mais comme nous le disons, la distance parcours est plus courte, la rendant difficilement exploitable en l’état.

Il reste encore du chemin à parcourir pour obtenir un débit stable, une miniaturisation des antennes et des circuits de transmission avant de pouvoir intégrer tout cela dans des boîtiers facilement installables dans nos maisons.

 

Discussions

Laisser un commentaire