L’opérateur nippon crée une gamme « Raku Raku » pour les personnes âgées. Il veut ainsi contrer Softbank et KDDI, qui distribuent l’iPhone dans le pays.

 

En confirmant en mai dernier qu’il ne céderait pas aux sirènes de l’iPhone, qui n’est toujours distribué dans l’Archipel que par ses concurrents Softbank et KDDI, le plus grand opérateur de téléphonie mobile du Japon, NTT DoCoMo, indiquait qu’il préférait se concentrer sur un marché délaissé par la compétition en lançant le premier smartphone pour personnes âgées. Selon les statistiques de l’agence D2C, seuls 6 % des Japonais de plus de 60 ans ont un smartphone, contre 51 % chez les 21 à 29 ans. Si les chiffres de vente ne sont pas publics, NTT DoCoMo assure aujourd’hui que le nouvel appareil lancé début août tient déjà toutes ses promesses.

 

Des fonctions dédiées

 

« Nous avions ressenti une forte demande sur ce segment et la réponse est très satisfaisante », explique Takahiro Oohori, cadre marketing. Conçu en collaboration avec Fujitsu, ce smartphone, qui s’inscrit dans la gamme des appareils « Raku Raku » (« Simple Simple », en japonais) du fabricant propose une utilisation intuitive organisée autour d’un écran très large, où les différentes options sont accessibles dans un déplacement uniquement vertical. « Il ne fallait pas perdre l’utilisateur dans les pages », explique le cadre de NTT, qui rappelle que des cours de formation sont proposés gratuitement aux acheteurs de l’appareil dans les boutiques du groupe et qu’un centre d’appels dédié a été mis en place pour répondre aux questions des clients. A chaque activation d’un service ou d’une option (ouverture d’un mail, accès à l’appareil photo…), le téléphone déclenche une minuscule vibration confirmant à l’utilisateur que sa demande a été prise en compte. « Nous voulions recréer sur un écran plat une sensation physique un peu équivalente à l’utilisation d’un clavier téléphonique classique ». NTT et Fujitsu ont aussi limité le nombre d’applications et seulement conservé les options jugées importantes par les personnes âgées. En première page, elles peuvent ainsi ouvrir leur répertoire téléphonique, consulter la météo de leur région, lancer l’appareil photo ou accéder à leurs « statistiques vitales ». Le smartphone enregistre notamment, avec une fonction de podomètre, la distance parcourue par l’utilisateur depuis son réveil.

Avec ce nouvel appareil, proposé avec un forfait peu coûteux correspondant au faible temps de connexion à Internet de sa cible, NTT DoCoMo espère asseoir son contrôle sur un marché potentiellement gigantesque et résister à la montée en puissance de Softbank. L’opérateur, qui sert déjà 48 % des 125 millions d’abonnés au mobile du pays, note que plus de 23 % de la population japonaise est âgée de plus de 65 ans. Ces 30 millions de seniors sont réputés plus dépensiers et plus riches que les jeunes. L’appareil et les services associés pourraient dans un deuxième temps être testés dans d’autres pays. Plusieurs opérateurs étrangers, toujours en veille au Japon, reconnaissent qu’ils suivent de près l’expérience menée par NTT DoCoMo.

Discussions

Laisser un commentaire